Se connecter avec nous

Société

Explosion d’un camion-citerne : Merad au chevet du pompier blessé Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Brahim Merad, s’est rendu, lundi dernier, à l’hôpital des grands brûlés de Zeralda, pour s’enquérir de l’état de santé du commandant de l’unité principale de la Protection civile de la wilaya de Sétif, blessé au cours d’une intervention après l’explosion d’un camion-citerne transportant des substances inflammables, indique un communiqué du ministère.

Publié

sur

   Suite à l’accident dans lequel le commandant de l’unité principale de la Protection civile de la wilaya de Sétif a subi des brûlures du 2e degré sur tout le corps, au cours d’une intervention après l’explosion d’un camion-citerne transportant des substances inflammables, le ministre, accompagné du  DG de la Protection civile, s’est rendu à l’hôpital des grands brûlés de Zeralda pour s’enquérir de son état de santé et des conditions de sa prise en charge médicale, lui souhaitant un prompt rétablissement”, précise le communiqué.

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Société

3 chauffeurs de VTC tués et enterrés dans un champ : Horreur à Sidi Bel Abbés Lundi dernier, peu avant le ftour, des enquêteurs ont découvert trois corps enterrés dans une ferme située à l’entrée de la commune de Mestfa Ben Brahim, à 30 km à l’est de Sidi Bel Abbès.

Publié

sur

Cette macabre découverte survient quelques jours après le signalement par des citoyens de la disparition de leurs proches, survenues à des intervalles réguliers et dans des circonstances mystérieuses. Selon des sources locales, les victimes auraient été attirées vers le lieu-dit Ferme El Abbad  à différents moments par des membres d’un gang spécialisé dans le vol de voitures de luxe. Elles auraient ensuite été assassinées dès leur arrivée à la ferme, après avoir été «appâtées par l’offre d’un transport vers d’autres wilayas lointaines». Les victimes étaient des « particuliers actifs» sur une application bien connue de transport de passagers en voiture individuelle. Les enquêteurs ont pu localiser les trois corps après avoir suivi les mouvements d’un des suspects et l’avoir arrêté. Lors de la perquisition de la ferme, un membre des forces de l’ordre a remarqué une main dépassant des monticules de terre qui recouvraient les corps. Durant la nuit de lundi à mardi, les services de sécurité ont appréhendé trois suspects impliqués dans ce crime odieux qui a secoué la région en plein mois de ramadhan, juste avant l’Aïd El Fitr. Parmi les suspects figurent deux individus originaires de la ville de Sfisef, à 39 km à l’est de Sidi Bel-Abbés, dont un bijoutier. L’enquête approfondie, menée sous la supervision directe des autorités civiles, judiciaires et sécuritaires de la wilaya, est en cours et devrait révéler des détails sordides et peut-être des surprises dans les prochaines heures. L’identité de deux des victimes, originaires de Sidi Bel Abbès, a été établie par les enquêteurs, tandis que l’identification de la troisième est en cours. Ce crime atroce, commis en plein mois de ramadhan et à la veille de l’Aïd El Fitr, a provoqué un vif émoi au sein de la population de la wilaya de Sidi Bel Abbés et des régions environnantes. La suite de l’enquête permettra de faire toute la lumière sur cette affaire et de traduire les responsables en justice.

Continuer La Lecture

Société

Bousetouane auréolé d’une double distinction aux USA : Le génie algérien bat Amazon Que seraient les Etats-Unis d’Amérique sans les vagues de talents et de cerveaux qui affluent depuis des siècles ? Le jeune prodige algérien Fouad Bousetouane en fait partie.

Publié

sur

   Il vient d’être auréolé d’une double distinction aux USA pour ses exploits dans l’intelligence artificielle (IA), après avoir déposé pas moins de 20 brevets dans un secteur qui est devenu l’alpha et l’oméga. Ce jeune homme originaire de la wilaya d’Annaba est actuellement le directeur exécutif du Research Center for Artificial Intelligence de la société américaine Grainger. Récemment le bureau américain des brevets et des marques de commerce, USPTO, lui a remis une mention d’honneur. Ce qui fait surtout tourner toutes les têtes, c’est sa dernière invention fondée sur des capteurs de Laser et la visualisation artificielle. Par ailleurs l’éditeur américain «Marquis Who’s Who» a mis le nom de l’Algérien sur la liste d’honneur des personnalités, scientifiques et chercheurs qui font mouvoir la science et la société. A noter que le «Marquis Who’s Who» est un éditeur américain de répertoires biographiques des brillants esprits qui ont un réel impact dans la science et dans la vie des gens. Le chercheur algérien a fait ses armes à l’université Badji Mokhtar d’Annaba, ses prouesses lui ont valu une bourse pour continuer ses études au centre international des études spatiales. Il eut la chance de croiser quelqu’un à Barcelone (Espagne) qui changea sa vie : il l’invita à explorer d’autres horizons aux USA. Et les Américains savent y faire pour capter et retenir les talents. L’astrophysicien Cheick Modibo Diarra, qui a conçu et dirigé le robot de la NASA qui est allé sur la planète Mars, est un Malien ; il a fait ses études en France mais dès qu’il a achevé son cursus on l’a poussé. On a vu ce qu’il est devenu au pays de l’oncle Sam. Pour Fouad ce sera le Research Center for Artificial Intelligence pour commencer, il est nommé directeur général 3 ans après. Il a forgé sa réputation dans le milieu scientifique en développant un logiciel capable d’identifier un million de produits industriels en à peine 3 secondes, alors qu’il faut 12 secondes au système d’Amazon pour atteindre ce palier. Le jeune Algérien a tout simplement inventé le système d’identification artificielle le plus performant au monde. Fouad Bousetouane a fait de son entreprise le ténor le plus avancé dans son segment et la belle histoire de l’Algérien est très loin d’être terminée.

 

Continuer La Lecture

Société

Visites dans les hôpitaux et foyers pour personnes âgées : L’Aïd : dans la joie et le partage Des acteurs de la société civile ont organisé, à l’occasion de l’Aïd el Fitr, plusieurs visites dans les hôpitaux, les foyers pour personnes âgées et les villages d’enfant en détresse afin de partager avec ces catégories la joie de l’Aïd et de leur exprimer leur empathie…

Publié

sur

Approchés par l’APS, la plupart des acteurs se sont accordés à dire que leurs démarches s’imprégnant des valeurs morales de l’Algérien, connu pour son esprit d’entraide et de solidarité, notamment lors de pareilles occasions. «La tradition d’échange des gâteaux de fête entre voisins et proches reflète parfaitement cette culture ancestrale, visant à ancrer les valeurs de partage et de joie», ont-ils estimé. Pour l’occasion, l’association Amel el Djazaïr maintient la grande khaïma de l’iftar, à la place El Kettani à Bab El Oued, mais cette fois-ci pour réunir, la matinée de l’Aïd, tous les bénévoles et personnes ayant participé aux opérations d’iftar pendant le mois sacré, autour de tables garnies de gâteaux traditionnels. La présidente de l’association, Meriem Laaribi, a souligné que «cette initiative vient couronner les efforts de personnes unies, un mois durant, par un esprit de solidarité et de bénévolat», mettant en avant «l’aspect humain consistant à préserver l’ambiance familiale, en cette journée bénie, pour en faire le prolongement de tous les aspects positifs ayant caractérisé le mois du jeûne». Pour sa part, le membre du Conseil national de l’Association des anciens scouts musulmans algériens, Mounir Arbia, a estimé que le programme de l’Aïd El Fitr était un prolongement des projets de solidarité du mois de ramadhan, à l’instar du couffin de ramadhan, du couffin de l’Aïd, des opérations de circoncision, des vêtements de l’Aïd pour les enfants ainsi que pour les personnes séjournant dans les foyers pour personnes âgées, des initiatives qui visent à «diffuser la joie». D’autres acteurs de la société civile œuvrent également pour apporter la joie aux patients et aux enfants, à travers l’organisation de visites dans les hôpitaux, les villages d’enfants en détresse et les orphelinats, à l’effet de partager avec ces derniers des gâteaux et des jouets. Dans ce cadre, les anciens scouts musulmans algériens ont organisé des visites au Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Beni Messous, aux orphelinats de Draria et aux foyers pour personnes âgées de Sidi Moussa et de Dely Brahim, outre des visites similaires dans plusieurs wilayas, s’inscrivant dans le cadre de la consécration des valeurs de solidarité et d’entraide entre les enfants de la même patrie. Dans cet esprit, l’Organisation algérienne de l’environnement et de la citoyenneté (OAEC), a tracé un programme spécial Aïd El Fitr, prévoyant des visites aux hôpitaux, aux foyers pour personnes âgées et villages d’enfants en détresse, dans le but de répandre la joie et de partager le bonheur de cette fête dans une ambiance familiale. A cette occasion, le président de l’organisation, Sofiane Affane, a affirmé que le plan avait couvert différentes wilayas du pays, dont Sétif, Souk -Ahras, Tlemcen, Oran, Béchar, Djelfa, Aïn Defla, Bordj Badji Mokhtar, Tindouf et Batna, et ce pour «renforcer les liens de cohésion et de solidarité entre les différentes catégories du peuple, notamment les patients, les personnes âgées et les enfants en détresse». Evoquant la place particulière des orphelins, le président de l’association Kafil El Yatim, Ali Chaouati, a fait savoir que cette catégorie avait bénéficié, en ce mois de ramadhan,d’une prise en charge particulière qui s’est renforcée à l’occasion de l’Aïd el-Fitr par la distribution de 50.000 tenues de l’Aïd, en sus de l’organisation des opérations de circoncision et de visites au profit des orphelins durant les jours de l’Aïd, outre la distribution de gâteaux et de cadeaux.  Chaouati a également souligné l’importance de «ces gestes, si modestes soient-ils, pour égayer les cœurs et créer des sentiments positifs envers ceux qui ont été privés de la chaleur familiale», relevant à ce propos l’importance de les protéger du sentiment de solitude, notamment lors de telles occasions. De son côté, le président de l’association nationale du volontariat, Ahmed Malha a affirmé que les actions bénévoles constituaient désormais «une tradition consacrée par la société civile lors de ces occasions, mais aussi un fort message de soutien social envers les catégories privées de la chaleur familiale».

Continuer La Lecture

Trending