Se connecter avec nous

Sport

Manchester City : Haaland dans le dur Auteur d'un seul petit but lors des quatre derniers matches de Premier League, l'attaquant norvégien connaît une légère baisse de régime depuis quelques mois.

Publié

sur

Pour ceux qui en doutaient, ou plutôt pour ceux qui l’ont connu, sachez que Roy Keane n’a rien perdu de son tempérament. Désormais consultant pour Sky Sports UK, l’ancien capitaine de Manchester United affectionne toujours autant les tacles pas vraiment maîtrisés, surtout quand sa cible porte un maillot bleu ciel. Allez, à tout hasard celui de Manchester City. Ainsi, présent en plateau après le match nul décevant entre les Skyblues et Arsenal (0-0) samedi, il s’est montré sans pitié avec un certain Erling Haaland, parfaitement contenu par la paire Saliba-Gabriel. «Le niveau de son jeu en général est très faible, et pas seulement aujourd’hui, a déploré Keane. Je pense que ses attaques générales, ses têtes et sa finition sont les meilleures du monde. Mais son jeu en général pour un tel joueur est si mauvais. Il est presque comme un joueur de quatrième division.» Derrière cette critique volontairement exagérée et accentuée, une vraie question : Haaland est-il vraiment dans le dur ? Pas épargné par les tabloïds, critiqué par une petite partie des supporters de City, le cyborg norvégien semble en effet un peu plus humain depuis quelques semaines. Certes, il demeure le meilleur buteur de Premier League avec 18 buts, talonnée par Mohamed Salah (Liverpool, 16 buts), Dominic Solanke (Bournemouth, 16 buts) et Ollie Watkins (Aston Villa, 16 buts). Sans oublier que, toutes compétitions confondues, l’ex-buteur du Borussia Dortmund comptabilise 29 réalisations en 35 matches. Pas vraiment des stats d’un joueur de 4e division. Il n’empêche, ses dernières sorties sont bien loin de ses standards. Un constat, pour démarrer : Haaland souffre terriblement des matches sans espaces. Et ça, Mikel Arteta l’a bien compris. Samedi, face à des Gunners assez bas et au bloc compact, le Norvégien a souffert. Dans les mouvements comme les déplacements, dans la mobilité comme les duels. Quadrillé, surveillé, il n’est jamais parvenu à prendre l’ascendant sur ses vis-à-vis. Ce n’est donc pas un hasard si, en trois confrontations cette saison (deux en championnat, une en Community Shield) contre Arsenal, il n’a pas inscrit le moindre but.

«Erling doit en faire plus (…) Saliba et Gabriel l’ont mis dans leur poche », reconnaissait Micah Richards, ancien défenseur de City et lui aussi consultant à Sky Sports. Le 10 mars dernier, Virgil van Dijk avait également su le museler lors du choc entre Liverpool (1-1) et City. Plus globalement, Haaland a aussi fait preuve, ces dernières semaines, d’une maladresse étonnante devant le but, notamment lors du derby remporté face à Manchester United (3-1) début mars, où il avait quand même fini par trouver le chemin des filets en toute fin de rencontre.

Lors des onze derniers matches de Premier League, l’international norvégien, blessé pendant deux mois (entre décembre et février) en raison d’une blessure à un pied avec sa sélection, est resté muet à huit reprises. Il a plus marqué en un seul match contre Luton en FA Cup (cinq buts) que durant toute cette période (quatre buts) en championnat. Côté Ligue des champions, une petite réalisation lors du 8e de finale aller-retour contre Copenhague. Pour un total de six en sept rencontres, il fait bon de le souligner. L’exigence extrême envers ses performances découle aussi d’un rendement extraordinaire qu’il a su rendre ordinaire. Plus le joueur est important, plus la critique est acerbe. Un certain Kylian M. pourrait le confirmer.

Guardiola le défend

A l’aube d’un rush final qui s’annonce passionnant, City, encore en lice pour le triplé (FA Cup, Premier League, Ligue des champions), espère donc retrouver le meilleur Haaland. Il le faudra, de toute façon, pour sortir victorieux de la double confrontation face au Real Madrid en quart de finale de C1. «Il peut marquer à tout moment, se félicitait Guardiola début février, juste après son retour de blessure. C’est la qualité d’Erling Haaland. Les deux derniers mois ont été très bons sans lui, mais avec lui, nous sommes une meilleure équipe et nous sommes très heureux qu’il soit de retour.»

En octobre dernier, déjà, le technicien espagnol était monté au créneau pour défendre son attaquant. «Les gens s’attendent à ce qu’il marque quatre buts à chaque fois. Les gens veulent le voir échouer, pestait-il au micro de TNT Sports. Les gens sont là à dire qu’il n’y arrivera pas mais je suis sûr que ce mec marquera des buts toute sa vie. Il a des occasions, c’est une menace incroyable, et parfois il rate.» Pas de quoi altérer sa confiance envers un joueur qui ira «jusqu’à 600, 700 ou 800 buts», selon son coéquipier Kevin De Bruyne. Ce qui serait déjà pas mal pour un joueur «de quatrième division».

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Sport

Real Madrid : Ancelotti serein pour Belligham Après une première partie de saison monumentale, Jude Bellingham (20 ans, 33 matchs et 20 buts toutes compétitions cette saison) a nettement baissé le pied ces dernières semaines

Publié

sur

«Il marque beaucoup moins mais son rendement reste excellent. Ce qui était surprenant, c’est qu’il marque autant. Quasiment 20 buts sur la première partie de saison…, a rappelé le manager italien en conférence de presse. Il marque moins car il travaille plus au milieu. Il a enchaîné de nombreux matchs, avec la sélection aussi, a été blessé. Il ne lui manque que les buts mais tôt ou tard, il les marquera à nouveau.» En 2024, l’ancien joueur du Borussia Dortmund n’a marqué que 3 buts en 12 matchs. Un bilan tout à fait convenable pour un milieu.

Courtois bientôt de retour

Absent depuis le début de la saison en raison d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche puis à la suite d’un souci au ménisque du genou droit, Thibaut Courtois (31 ans) se rapproche d’un retour. En effet, AS a publié une vidéo dans laquelle le gardien du Real Madrid apparaît au centre d’entraînement de Valdebebas, a priori pour effecuter des exercices individuels. Son come-back pourrait survenir avant le terme de l’exercice en cours.

Continuer La Lecture

Sport

FC Barcelone : Ça avance pour Cubarsi Nouveau joyau sorti de la Masia, Pau Cubarsi (17 ans, 15 matchs toutes compétitions cette saison) brille de mille feux avec le FC Barcelone.

Publié

sur

  Encore impressionnant contre le Paris Saint-Germain (2-3), mercredi en Ligue des Champions, le défenseur central n’est plus loin de prolonger son contrat, qui expire en juin 2026, affirme Mundo Deportivo. Une extension qui devrait permettre à l’international espagnol d’être lié au Barça pour quatre années de plus, soit jusqu’en juin 2030, avec un salaire augmenté et surtout une clause libératoire qui passera de 10 millions à un milliard d’euros.

Continuer La Lecture

Sport

Premier League : Man City, l’insupportable deux poids, deux mesures Everton a été sanctionné d'un retrait de points pour la deuxième fois de la saison. Dans le même championnat, Manchester City, accusé de 115 infractions aux réglementations de l'organisation il y a quatorze mois, n'est toujours pas passé à la caisse. Une inégalité de traitement qui interroge forcément.

Publié

sur

Il fallut presque quatre ans et demi de travail à la Premier League pour constituer le dossier qui incriminait Manchester City, dans lequel le champion d’Angleterre se voyait accusé de 115 infractions aux réglementations de l’organisation. Selon les informations qui ont filtré depuis dans les médias, mais que ni la Premier League ni Manchester City n’ont confirmées, ces infractions allaient de la communication d’informations financières incorrectes à la dissimulation de paiements à certains joueurs, dont Yaya Touré, du non-respect des règles de fair-play financier applicables en Angleterre comme en Europe et du recrutement illicite de joueurs mineurs au refus de coopérer avec l’investigation de la Premier League.

Manchester City avait tout fait pour empêcher le grand public d’être au courant de la tenue de l’enquête, et le Daily Mail avait dû comparaître à la Haute Cour pour qu’on en soit enfin avisé. Le 6 février 2023, la PL publiait enfin le communiqué attendu, dans lequel étaient énumérés les multiples articles de ses réglementations que Manchester City était accusé d’avoir enfreints, sans qu’il fût expliqué comment.

Le 6 février 2023. Il y a plus de quatorze mois. Tandis qu’Everton, pour la seconde fois de la saison, vient d’être sanctionné d’une déduction (de deux points, en cette occasion) pour des actions qui, à première vue, paraissent bien moins graves que celles imputées au club de Sheikh Mansour. Or, moins de trois mois avaient suffi pour que l’affaire soit instruite et que la commission indépendante chargée du dossier livre son verdict. Nottingham Forest, mis en cause au même moment, avait attendu encore moins longtemps pour connaître son sort : deux mois et trois jours.

De la même façon, la sanction qui avait précédemment frappé Everton (déduction de dix points, réduite à six en appel) avait été infligée après six mois de délibération seulement. Pas quatorze. Quatorze qui, dans le cas de City, deviendront quinze, seize et probablement vingt, personne ne sait trop, même s’il paraît que la commission chargée de trancher sur la question devrait se réunir dans le courant de l’automne. Pourquoi une telle différence de traitement ?

Les fans d’Everton crient à l’injustice

Les fans d’Everton crient à l’injustice, et ne sont pas les seuls à le faire. Au bout du compte, ce dont on les accusait, et ce dont on les a jugés coupables, ce n’est que d’incompétence, cette incompétence qui a caractérisé le règne de Farhad Moshiri sur la moitié bleue de la Merseyside. Si Everton a dépensé sans compter, Everton n’a pas triché. Everton n’a pas falsifié ses comptes. Everton n’a pas soudoyé les parents de surdoués du football. Everton n’a pas dissimulé une partie du salaire de Carlo Ancelotti en se servant de sociétés affiliées au club, comme City est soupçonnée de l’avoir fait dans le cas de Roberto Mancini. Et Everton a accepté de coopérer pleinement avec les enquêteurs de la Premier league. Cela n’a pas empêché la punition d’être sévère, et rapide – alors que la situation financière d’Everton est si critique que le risque d’une liquidation est réel.

Comment éviter d’en conclure qu’il y a une loi pour les riches et les puissants, et une autre pour le reste du monde ? La Premier League peut se permettre de sanctionner Everton et Nottingham Forest, qui ne sont plus ce qu’ils ont été, mais c’est tout autre chose de frapper le club qui a donné un titre de champion d’Europe à l’Angleterre en mai dernier, et pourrait lui en donner un autre un an plus tard. Un club qui, cinq fois en six ans, a fini tout en haut du classement du championnat d’Angleterre, le tout en pratiquant un football d’une qualité pour certains insurpassée dans notre ère.

Punir Everton – et Forest -, c’est punir un coureur de classiques en fin de carrière. Punir City, c’est punir Lance Armstrong au plus haut de sa domination. Car si la commission de jugement acceptait le bien-fondé ne serait-ce que d’une partie des 115 chefs d’inculpation retenus par la PL, la sanction ne pourrait être que des plus lourdes, d’autant plus que City a semble-t-il tout fait pour rendre la tâche des enquêteurs aussi difficile que possible. Retrait de points, cela va de soi. Retrait de titres, pourquoi pas ? Mais en frappant City, la Premier League se frapperait elle-même. Elle ferait tomber son porte-étendard. Au vu de ses propres réglementations, que ses autres clubs entendent bien voir être appliquées dans toute leur rigueur, elle n’a pas le choix. Et il est trop tard pour faire machine arrière maintenant. La question est de savoir quand le nœud gordien sera enfin tranché.

Comme on l’a dit plus haut, on parle de l’automne prochain pour ce qui est d’une première décision de la commission de jugement, dont il est très probable que Manchester City, qui est représenté par – entre autres – l’ancien avocat de Boris Johnson, Lord Pannick, fera appel, si tant est que ladite commission établisse la culpabilité du club. Le nombre de chefs d’accusation est en lui-même un obstacle à une résolution plus prompte du litige. Les défenseurs de City en auront disséqué et disputé chaque virgule, initiant un à-toi, à-moi constant entre les deux parties, à la manière de deux Guilermo Vilas s’affrontant sur terre battue ou d’arrières de rugby bottant de 22 en 22 à en écœurer le public. Ce n’est pas maintenant que les Citizens vont se mettre à coopérer avec leurs accusateurs. Le moment de vérité viendra, plus tard, et certains souhaiteraient que ce « plus tard » revienne à un « jamais ». A la Premier League de convaincre un public qui doute qu’elle ne fait pas partie de ceux-là.

Continuer La Lecture

Trending