Se connecter avec nous

Actualité

Gazoduc Maroc-Nigéria : L’échec annoncé Attendue pour cette année, la décision d'investissement finale est reportée à l’année prochaine.

Publié

sur

Annoncé à grandes pompes, le projet de gazoduc entre le Nigeria et le Maroc n’est pas prêt de voir le jour. Il risque même d’être remis aux calendes grecques. En effet, plusieurs agences de presse internationales spécialisées dans le domaine de l’énergie ont affirmé le report des investissements dans ce projet, pour ne pas dire l’abandon d’un projet chimérique. Un fait reconnu par la directrice de l’Office national des hydrocarbures et des minerais du Maroc, Amina kKhedra, qui a annoncé, lors de la conférence Invest in Africa Energy tenue à Paris, que la décision d’investissement finale (FID) sur le gazoduc Nigeria-Maroc est attendue au début de 2025. Pourtant, mars dernier, l’ONMHM annonçait la création d’une société de projet pour superviser le financement, la construction et l’exploitation du gazoduc Nigéria-Maroc. Mieux, la décision finale d’investissement (FID) pour le projet de gazoduc Nigeria-Maroc budgétisé à hauteur de 25 milliards de dollars est prévue pour décembre 2024. Ainsi, ce report porte en lui la chute à l’eau du projet, compte tenu de nombreux facteurs techniques, financiers et sécuritaires. « Il y a un appel à tous les types d’investisseurs – fonds souverains étrangers, COI, banques multilatérales… Nous avons en ce moment tous les paramètres techniques et financiers spécifiques qui montrent la compétitivité de ce mode de transport lorsque nous la comparons au gaz naturel liquéfié »» a déclaré Amina Benkhadra. En vain. En effet, le projet phare de l’Office national des hydrocarbures et des mines (Onhym) peine à convaincre les investisseurs. Pour inverser la tendance, la directrice de l’institution, Amina Benkhadra, propose une stratégie de financement par tronçons et de « verdissement ».

Les pays de l’UE préfèrent financer des projets d’énergie renouvelable, comme le stipulent les règlements et les recommandations de l’UE, et le financement initial du projet dépasse les 25 milliards de dollars. Financement auquel l’Europe écarte dès le départ de participer et t qui, il faut le dire, loin de faire l’unanimité.

Et pour cause, l’Europe, outre le fait de vouloir remplacer le gaz russe, compte se débarrasser de sa dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles en les substituant, au plus tard dans dix ans, par notamment et surtout de l’hydrogène vert. Ce à quoi le gazoduc Nigeria-Maroc n’est pas programmé, à contrario du gazoduc transsaharien (TSGP) devant relier le Nigeria et l’Algérie via le Niger. « Concrètement, nous allons donner une priorité claire aux investissements dans les énergies renouvelables et soutenir des projets viables, à réaliser conjointement avec le secteur privé et qui s’inscrivent dans une perspective de transition énergétique durable», relevait le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell. Certes, en marge de la visite du roi Mohammed VI à Abou Dhabi, les Émirats arabes unis ont fait part de leur intention d’investir dans ce chantier et d’accompagner sa réalisation. Apparemment, c’est resté au stade d’annonce. D’autant que le centre d’études émirati Al-Mostaqbal a relevé que « le Nigeria et le Maroc peine à fournir les liquidités indispensables pour l’exécution dudit projet »et, de l’autre, « se pose le problème du coût de l’infrastructure qui devra être construite dans les treize pays par lesquels passe le gazoduc».

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actualité

Agression contre Ghaza : L'entité sioniste poursuit sa «guerre de la faim»

Publié

sur

En sus de l’agression barbare contre les populations de Ghaza et Rafah, l’entité sioniste mène une autre guerre génocidaire contre les innocents en les privant de nourritures et de soins.

 

Le secrétaire général adjoint des Nations Unies aux Affaires humanitaires, Martin Griffiths, a prédit hier que la moitié de la population de la bande de Ghaza sera confrontée à la mort et à la famine d’ici la mi-juillet, en raison de l’agression génocidaire sioniste qui se poursuit depuis le 7 octobre 2023. Griffiths a déclaré dans un communiqué que le conflit au Soudan et l’agression contre Ghaza «deviennent incontrôlables, et la guerre pousse des millions de personnes au bord de la famine». Il a souligné que «ce sont des questions techniques qui empêchent la déclaration de famines (à Ghaza et au Soudan), car les gens meurent déjà de faim» dans ces régions. Il a ajouté qu’ «à Ghaza, la moitié de la population, soit plus d’un million de personnes, devrait être confrontée à la mort et à la famine d’ici la mi-juillet». Pour sa part, l’organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé hier que plus de 8.000 enfants âgés de moins de cinq ans ont été soignés dans la bande de Ghaza pour malnutrition aiguë. Une proportion importante de la population de ce territoire palestinien, qui fait l’objet d’une agression génocidaire sioniste sans précédent, est désormais confrontée à un niveau catastrophique de manque de nourriture et à des conditions proches de la famine, a expliqué le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d’un point de presse à Genève. «Malgré les informations faisant état d’une augmentation des livraisons de nourriture, rien ne prouve actuellement que ceux qui en ont le plus besoin reçoivent des aliments en quantité et en qualité suffisantes», a-t-il souligné. Face à cette situation, l’OMS et ses partenaires ont tenté de renforcer les services de nutrition dans la bande de Ghaza, a expliqué le docteur Tedros. «Plus de 8.000 enfants de moins de cinq ans ont été diagnostiqués et traités pour malnutrition aiguë, dont 1.600 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère», a-t-il relevé. La malnutrition aiguë sévère est fréquemment associée à des complications médicales et elle est une cause majeure de morbidité et de mortalité chez les enfants. Cependant, en raison de l’insécurité et du manque d’accès, seuls deux centres de stabilisation pour patients gravement sous-alimentés peuvent actuellement fonctionner, a expliqué le patron de l’OMS. «Notre incapacité à fournir des services de santé en toute sécurité, combinée au manque d’eau potable et d’assainissement, augmente considérablement le risque de malnutrition des enfants», a-t-il déclaré. «Il y a déjà eu 32 décès attribués à la malnutrition, dont 28 parmi les enfants de moins de cinq ans», a-t-il précisé. L’ONG «Médecins sans frontières» (MSF) a dénoncé elle aussi hier, les récents massacres perpétrés par l’entité sioniste dans la bande de Ghaza, soutenant qu’ils «illustraient la déshumanisation totale des Palestiniens». Citant les autorités sanitaires de Ghaza, l’ONG a affirmé, dans un communiqué, que depuis le début du mois de juin, plus de 800 personnes ont été tuées et plus de 2.400 blessées lors d’intenses bombardements et offensives terrestres menées par les forces sionistes dans l’enclave palestinienne. Au cours de la seule journée du 8 juin, a-t-elle poursuivi, 274 personnes sont tombées en martyrs. «Ce jour-là, plus de 60 patients gravement blessés, dont des enfants inconscients, ont été transférés à l’hôpital Nasser, soutenu par MSF. Pour cette ONG, »ces attaques horribles ont entraîné une douleur et une souffrance inacceptables, illustrant un mépris flagrant pour la vie des Palestiniens». «Nous ne pouvons plus accepter la déclaration selon laquelle (l’entité sioniste) prend +toutes les précautions+», a déclaré le responsable de l’unité d’urgence de MSF, Brice de le Vingne, pour qui, cette déclaration «n’est que de la propagande». Elle a appelé, ainsi, l’entité sioniste, à «mettre immédiatement fin à ces massacres» et ses alliés «y compris les Etats-Unis, le Royaume-Uni et les Etats membres de l’Union européenne, à exercer toute leur influence afin de cesser ses attaques contre les civils et les infrastructures civiles à Ghaza». L’entité sioniste et ses alliés «ont montré à maintes reprises qu’il n’existe pas de moment décisif ou de ligne rouge dans cette violence», constate MSF, regrettant que «les attaques connues aujourd’hui sous les noms de +massacre de la farine+, +massacre des tentes+ ou encore le meurtre de travailleurs humanitaires et de leurs familles, ainsi que l’anéantissement des hôpitaux et du système de santé en général, n’ont donné lieu qu’à une faible posture diplomatique, à des paroles creuses et à une inaction stupéfiante».

Continuer La Lecture

Actualité

Chargé par le président de la République :    Magramane en visite au Qatar

Publié

sur

Chargé par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, le Secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, M. Lounès Magramane, a effectué une visite au Qatar en qualité d’Envoyé personnel du président de la République, indique mercredi un communiqué du ministère.

M. Magramane a été reçu par le Premier ministre, ministre des Affaires étrangères du Qatar, Cheikh Mohammed bin Abderrahmane bin Jassim Al-Thani, a précisé le communiqué, ajoutant que la rencontre avait permis aux deux parties de «passer en revue les relations bilatérales privilégiées à tous les niveaux» et d’«afficher la volonté commune des dirigeants des deux pays de les promouvoir davantage, notamment en prévision des prochaines échéances bilatérales de haut niveau».

Continuer La Lecture

Actualité

Il a reçu mardi Ahmed Attaf en Turquie : Erdogan souhaite rencontrer Tebboune

Publié

sur

Chargé par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune et en qualité d’Envoyé spécial, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ahmed Attaf, a effectué, mardi, une visite de travail en Turquie, lors de laquelle il a remis un message écrit du Président de la République à son homologue turc, indique un communiqué du ministère.

«Chargé par le président de la République et en qualité d’Envoyé spécial, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, M. Ahmed Attaf a effectué, mardi, une visite de travail en République de Turquie», lit-on dans le communiqué. Dans ce cadre, M. Attaf a été reçu en audience par le président de la République de Turquie, M. Recep Tayyip Erdogan, à qui il a remis un message écrit de son frère le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune», précise le communiqué. «Un message qui s’inscrit dans le cadre des contacts et de la coordination entre les dirigeants des deux pays à même de hisser les relations algéro-turques à de hauts niveaux», a ajouté la même source. Lors de cette rencontre, les relations de coopération et de partenariat entre les deux pays ont été évoquées, ainsi que la dynamique positive qu’elles connaissent, outre les développements de la situation dans les territoires palestiniens occupés et dans la région Sahélo-saharienne, selon le communiqué. «Le président Tayyip Erdogan a chargé le ministre Ahmed Attaf de transmettre ses vives salutations à son frère le Président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, exprimant son souhait de le rencontrer dans un avenir proche et de poursuivre leurs efforts communs, au service des relations bilatérales et en soutien aux causes de la Oumma, en tête desquelles la cause palestinienne», a conclu le communiqué.

Continuer La Lecture
Annonce

Trending