Se connecter avec nous

économie

Projet de gazoduc Transsaharien : Les assurances de Mohamed Arkab Le ministre a affirmé que l'Algérie œuvre d'arrache-pied à renforcer le projet du gazoduc transsaharien reliant le Nigeria à la rive nord de la Méditerranée, à travers le raccordement au réseau gazier algérien.

Publié

sur

Alors que l’Union européenne cherche désespérément des alternatives au gaz russe en raison de l’embargo en vigueur, les pays africains se mobilisent pour approvisionner l’Europe en hydrocarbures, par le biais d’un projet d’une importance stratégique sans précédent : le Gazoduc Transsaharien.

Ce projet ambitieux reliant l’Algérie, le Nigeria et le Niger aux rives nord de la Méditerranée, offre ainsi un corridor vital pour le transport du gaz vers l’Europe.

Les récentes déclarations du ministre de l’Énergie et des Mines, Mohamed Arkab, lors du Forum international « Vers le sud : la stratégie européenne pour une nouvelle saison géopolitique, économique et socioculturelle en Méditerranée », tiennent lieu de catalyseur pour ce projet d’envergure. Le ministre a souligné l’engagement sans faille de l’Algérie à renforcer le Gazoduc Transsaharien, affirmant que le pays œuvre ardemment pour achever les dernières étapes techniques nécessaires à sa réalisation.

En effet, le gazoduc Transsaharien représente bien plus qu’une simple infrastructure de transport de gaz. Selon le ministre, ce dernier apportera «une contribution significative aux approvisionnements en gaz naturel de l’Europe, renforçant ainsi sa sécurité énergétique tout en soutenant le développement socioéconomique des pays de transit ».

Selon les derniers chiffres communiqués en mars 2024, le projet avance à grands pas, avec seulement 1 800 kilomètres restants sur les 4 000 kilomètres prévus. Mohamed Arkab a déclaré lors d’une conférence de presse au terme du 7e Sommet des chefs d’État et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) que les tronçons restants se situent principalement au Nigeria (100 km), au Niger (1.000 km) et en Algérie (700 km)»

Avec des estimations allant de 20 à 30 milliards de mètres cubes de gaz provenant du Nigeria, ce projet est plus qu’un simple corridor énergétique : il promet de redéfinir les dynamiques du marché gazier mondial.

Un partenariat dans le Corridor sud H2

L’Algérie, pivot central de ce projet, offre un environnement propice à l’essor du Gazoduc Transsaharien, grâce à ses infrastructures existantes, notamment son réseau de transports, ses complexes de gaz naturel liquéfié (GNL) et ses installations de pétrochimie. Sa position géographique avantageuse en fait un hub naturel pour le transit du gaz vers les marchés européens. Par ailleurs, le premier responsable du secteur a annoncé l’engagement de l’Algérie dans un ambitieux projet énergétique, visant à renforcer la coopération régionale et à jouer un rôle majeur dans le marché mondial de l’hydrogène renouvelable.

En effet, l’Algérie envisage de participer au débat stratégique avec ses partenaires européens sur la création du Corridor sud H2. Ce projet vise à transporter l’hydrogène renouvelable produit en Algérie vers l’Allemagne, en passant par la Tunisie, l’Italie et l’Autriche. Selon le ministre Arkab, ce « mégaprojet » nécessitera des partenariats solides entre les secteurs public et privé pour mobiliser les investissements nécessaires au développement des infrastructures de production, de stockage et de transport de l’hydrogène.

Cette initiative s’inscrit dans la volonté de l’Algérie de devenir le principal fournisseur d’hydrogène dans la région, compte tenu de ses capacités et avantages considérables dans ce domaine. En outre, elle renforce la position de l’Algérie en tant que pôle énergétique régional et favorise les échanges énergétiques avec l’Europe, ce qui contribuera à la transition énergétique et au développement commun dans le bassin méditerranéen.

3 milliards de dollars alloués

Dans le même contexte, le ministre Arkab a souligné l’importance de l’interconnexion électrique entre le Nord et le Sud de la Méditerranée, un projet phare pour lequel une enveloppe de 3 milliards de dollars a été allouée. Ce projet permettra non seulement de renforcer les énergies renouvelables en améliorant les liaisons électriques locales, mais également d’ouvrir de nouvelles perspectives pour l’exportation d’électricité propre vers l’Europe.

En facilitant le passage de l’électricité des pays de la rive Nord de la Méditerranée vers les pays africains, cette initiative contribuera au développement socio-économique de ces pays en fournissant une électricité propre et fiable.

IK.

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

économie

Commerce : Le Forum libyen-turque en septembre

Publié

sur

Le ministère libyen de l’économie et du commerce du Gouvernement d’unité nationale a annoncé la tenue d’un  forum libyo-turque en septembre prochain dans la ville de Tripoli, avec la participation du secteur privé des deux pays.

L’annonce a été faite lors de la réception par le ministre libyen du nouvel ambassadeur turc en Libye, Gokin Begec, selon la page Facebook du ministère.

Les deux parties ont discuté des relations bilatérales et de l’importance d’achever ce qui a été convenu lors de la visite du Premier ministre en Turquie en mars dernier.

Pour sa part, l’ambassadeur turc a déclaré que son pays était prêt à surmonter tous les obstacles et toutes les difficultés et à fournir toutes les facilités aux entreprises libyennes qui souhaitaient pénétrer le marché turc.

 

Continuer La Lecture

économie

ENTMV : Le Tassili II reprend du service

Publié

sur

L’Entreprise nationale de Transport maritime de voyageurs (ENTMV) a annoncé mardi, dans un communiqué, la mise en service du navire Tassili II, le 22 juillet 2024, d’où des modifications dans le programme des traversées.

« L’ENTMV informe son aimable clientèle de la mise en service du navire Tassili II le 22 juillet 2024 et ce, suite à l’achèvement des travaux de maintenance » , lit-on dans le communiqué.

Ainsi, l’ENTMV a procédé à la programmation d’une traversée supplémentaire sur la ligne Alger-Marseille, le 22 juillet à 11h00 (matin), précise le communiqué.

En outre, l’entreprise a apporté « indépendamment de sa volonté » des modifications sur certaines traversées, avec notamment le report de la traversée Marseille-Oran, initialement prévue le samedi 20 juillet à 17h00, au mardi 23 juillet à 11h00, et également le report de la navette reliant Oran à Sète, initialement prévue le 22 juillet à 11h00, au mercredi 25 juillet à 16h00.

Aussi, l’ENTMV a décidé de reporter la traversée Sète-Oran, prévue initialement le mardi 23 juillet à 17h00, au jeudi 25 juillet à 20h00.

 

 

Continuer La Lecture

économie

Exploration d’hydrocarbures en Algérie : La vietnamienne « PVEP » intéressée

Publié

sur

L’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT) a signé avec la société vietnamienne « Petrovietnam exploration production corporation (LTD « PVEP ») un mémorandum d’entente portant sur les possibilités d’investissement et de partenariat dans le domaine des hydrocarbures en Algérie, indique mercredi un communiqué de l’agence. Ce mémorandum d’entente, signé lundi, au siège de l’ALNAFT, en présence de son Président, Mourad Beldjehem et du P-dg la société vietnamienne, Tran Hong Nam, constitue « une plateforme de discussion portant sur les possibilités d’investissement et de partenariat dans le domaine des hydrocarbures en Algérie », précise le communiqué.

« PVEP » est la branche amont du groupe pétrolier et gazier vietnamien PetroVietnam, qui mène les activités principales d’exploration et de production.

Au fil des décennies de construction et de développement, PVEP a connu une croissance considérable et a contribué de manière remarquable à l’économie Vietnamienne, rappelle la même source, ajoutant que la société est l’une des plus grandes entreprises du Vietnam et est classée parmi les principales sociétés pétrolières de la région asiatique.

Continuer La Lecture
Annonce

Trending