Se connecter avec nous

Monde

Violences au Mexique : Plus de 4.000 personnes déplacées  Les autorités mexicaines ont transféré dans des centres d'hébergement plus de 4.000 personnes qui s'étaient réfugiées chez elles après plusieurs jours de violence liée au crime organisé dans une ville de l'Etat du Chiapas, dans le sud du Mexique.

Publié

sur

   Le bureau du procureur du Chiapas a indiqué dans un communiqué samedi qu’il avait «secouru 4.187 personnes» qui «se cachaient chez elles après les actes de violence perpétrés» dans la localité de Tula. Les autorités ont inspecté 17 propriétés incendiées, dont des maisons et des entreprises, où ont été trouvées deux personnes décédées, dont un mineur. Dimanche, le bureau du procureur a confirmé l’arrestation de six personnes qui portaient des armes à feu sans permis dans la région lors d’une opération qui a fait intervenir des membres de l’armée et de la garde nationale. Selon la presse mexicaine, plusieurs hommes armés ont fait irruption à Tula, tirant des coups de feu et mettant le feu à des maisons et à des commerces pendant plusieurs jours. Selon le quotidien Reforma, ils avaient appelé tous les jeunes de la région à «participer à des activités criminelles» à leurs côtés. La violence s’est intensifiée dans l’Etat du Chiapas en raison des rivalités entre les cartels de Jalisco Nueva Generación et celui de Sinaloa, les deux plus grandes bandes criminelles du Mexique. Selon le centre d’analyse Insight Crime, le conflit porte sur le contrôle des villes frontalières, une zone clé pour le trafic de drogues et d’armes ainsi que le passage de migrants qui traversent le Mexique pour rejoindre les Etats-Unis. Depuis décembre 2006, date à laquelle le gouvernement fédéral a lancé une opération militaire contre le trafic de drogue, plus de 450 000 personnes ont été tuées au Mexique, selon les chiffres officiels.

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Monde

Abus commis au Burkina Faso :   L'ONU appelle à ouvrir des enquêtes

Publié

sur

 

Au Burkina Faso, la situation des droits de l’homme continue de se détériorer, comme l’a souligné le haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’homme dans un récent communiqué. Il a appelé le gouvernement de Ouagadougou à ouvrir des enquêtes sur les exactions et les massacres perpétrés contre des civils, à la fois par des groupes terroristes et par les forces de sécurité nationale. Le haut-commissaire aux droits de l’homme, Volker Türk, a insisté sur la nécessité pour le Burkina Faso, en tant que signataire des conventions de l’ONU, de répondre à cette demande, même si cela peut prendre du temps. Marta Hurtado, porte-parole du haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, a souligné l’importance des autorités nationales pour mener ces enquêtes afin d’aboutir à la justice. Elle a indiqué que les autorités burkinabés avaient affirmé être en train de mener ces enquêtes, mais il est crucial qu’elles soient menées à leur terme pour que justice soit rendue. Elle a également souligné que l’ONU ne dispose que de la parole pour encourager les autorités à agir dans le respect de leurs obligations en matière de droits de l’homme.

Continuer La Lecture

Monde

Frappes aériennes américano-britanniques sur Hodeidah  : Trois cibles houthies visées

Publié

sur

La coalition américano-britannique a mené trois frappes aériennes sur la ville portuaire yéménite de Hodeidah, au bord de la mer Rouge, selon la chaîne de télévision al-Masirah, dirigée par les Houthis.

Les frappes ont ciblé des positions dans le district d’al-Salif, au nord-ouest de la ville côtière. Des habitants ont mentionné sur les réseaux sociaux que les frappes visaient des positions houthies dans le district. Jusqu’à présent, la coalition n’a pas émis de déclaration. Le groupe houthi, contrôlant une grande partie du nord du Yémen, y compris Hodeidah, a commencé à lancer des missiles balistiques contre les navires en novembre dernier, visant ce qu’il considère comme des navires liés à Israël traversant la mer Rouge en solidarité avec les Palestiniens de Gaza. En réponse, la coalition navale américano-britannique stationnée dans la région a effectué des frappes aériennes et des tirs de missiles contre des cibles houthies depuis janvier pour dissuader le groupe. Cependant, cela n’a fait qu’accroître les attaques houthies, qui se sont étendues aux navires commerciaux et aux navires de guerre américains et britanniques.

Continuer La Lecture

Monde

Conflit au Soudan : L'appel urgent à l'action de Minni Minnawi

Publié

sur

Le gouverneur de la région du Darfour, Minni Minnawi, a lancé, hier, un appel pressant à la communauté internationale, exhortant à une action rapide et décisive pour aider la Cour pénale internationale (CPI) à recueillir de nouvelles preuves des crimes commis dans la région.

Cet appel intervient à un moment critique où le Darfour, situé au Soudan, est ravagé par une guerre brutale et continue. Cette demande de Minnawi fait suite à un appel urgent lancé par le procureur de la CPI, Karim Khan. Dans un message vidéo diffusé mardi, Khan a imploré les témoins et toutes les parties concernées de fournir des preuves ou des matériaux susceptibles de mettre en lumière les atrocités que subissent les civils dans la région du Darfour. Khan a exprimé sa vive inquiétude face aux accusations de crimes de guerre et de crimes contre lhumanité commis à grande échelle, en particulier à El Fasher et ses environs. Depuis l’année dernière, le Soudan est plongé dans une guerre dévastatrice entre l’armée soudanaise et les Forces de soutien rapide (FSR). Ce conflit a aggravé la crise humanitaire dans le pays, provoquant le déplacement de milliers de personnes, la destruction d’infrastructures vitales, et une dégradation dramatique des conditions de vie. Minnawi a souligné l’importance d’une intervention rapide et d’un soutien international à la CPI pour garantir que les responsables de ces crimes soient traduits en justice. «Il est essentiel que ces efforts soient soutenus par l’ensemble de la communauté internationale pour contribuer à mettre fin à la crise humanitaire au Darfour», a-t-il déclaré. Karim Khan a insisté sur la nécessité pour les témoins de fournir des preuves tangibles, qu’il s’agisse de documents visuels ou auditifs, pour aider à l’enquête en cours. Il a révélé que ses enquêteurs avaient découvert des preuves accablantes de crimes systématiques dirigés contre des civils en raison de leur origine ethnique, notamment des viols et des attaques contre des hôpitaux. Les propos de Khan interviennent peu de temps après une attaque des FSR qui a conduit à la fermeture d’un hôpital principal à El Fasher. Médecins Sans Frontières a rapporté que des membres de ce groupe armé ont tiré et pillé l’établissement. El Fasher, qui compte plus de 1,8 million d’habitants, dont de nombreux déplacés, est la seule capitale administrative du Darfour qui n’est pas sous le contrôle des FSR. La ville est un centre humanitaire crucial dans une région confrontée à une crise alimentaire imminente. Les habitants d’El Fasher décrivent la ville comme un «enfer sur terre», où la vie peut être perdue à tout moment. Toby Harward, adjoint au coordinateur de l’aide humanitaire des Nations Unies au Soudan, a récemment rapporté à Al Jazeera l’intensité de la souffrance et du danger auxquels sont confrontés les résidents. La CPI avait déjà émis des mandats d’arrêt contre l’ancien président soudanais Omar el-Béchir pour des accusations de génocide commis au Darfour entre 2003 et 2008. La situation actuelle ne fait que souligner la nécessité d’une justice continue et de la collecte de nouvelles preuves pour poursuivre les responsables des crimes en cours. Le gouverneur Minnawi et le procureur Khan espèrent que cet appel à l’action mobilisera la communauté internationale pour apporter un soutien crucial et mettre fin aux souffrances dans la région du Darfour.

Continuer La Lecture
Annonce

Trending