Se connecter avec nous

ÉNERGIE

Travaux publics: dédoublement des RN, une priorité pour le secteur

Publié

sur

Travaux publics: dédoublement des RN, une priorité pour le secteurTravaux publics: dédoublement des RN, une priorité pour le secteur

ALGER – Le ministre des Travaux publics, Farouk Chiali, a fait savoir jeudi à Alger que le dédoublement des routes nationales (RN) était l’une des priorités du secteur, ajoutant que ces projets étaient programmés progressivement selon les moyens disponibles.

Les RN sont classées en fonction du nombre de véhicules qui les empruntent au quotidien et périodiquement des axes structurants sont proposés en projets de dédoublement à inscrire selon les priorités et les ressources financières du pays, a indiqué le ministre, lors d’une plénière à l’Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales.

S’agissant de la qualité des travaux, le ministre a indiqué que les routes « ne sont réalisées qu’après l’élaboration d’études approfondies et complètes » selon des normes techniques précises, tandis que les phases de réalisation sont soumises à un contrôle continu de bureaux d’études et de laboratoires en charge du suivi des travaux en vue de garantir le respect des normes tout au long de l’opération de réalisation.

Cependant, des défauts peuvent apparaitre au niveau de certains tronçons pour diverses raisons, précise-t-il, ajoutant que la réglementation en vigueur impose aux maitres d’œuvre, aux bureaux d’études et aux laboratoires de réparer ces défauts dans le cadre de mesures prises par le maitre d’ouvrage.

A une autre question de Dakmous Dakmoussi sur le dédoublement de la RN 23 reliant Laghouat à Tiaret via Aflou, M. Chiali a fait savoir que l’étude relative au dédoublement de cette route (155 km) avait été finalisée (au titre du programme d’appui à la croissance économique 2010-2014) y compris la réalisation d’un tronçon dédoublé sur une distance de 30 km.

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ÉNERGIE

Huile d’olive Djelfa : Une production de plus de 4,3 millions attendue à Djelfa Une production de plus de 4,3 millions de litres d’huile d’olive a été réalisée dans la wilaya de Djelfa au titre de la campagne oléicole 2023/2024, a-t-on appris jeudi dernier, auprès de la Direction locale des services agricoles (DSA).

Publié

sur

Cette production est légèrement en baisse comparativement à celle de la saison écoulée, durant laquelle une production de près de 5,1 millions de litres d’huile a été engrangée, en raison d’un léger recul de la récolte d’olives cette année, ont estimé des responsables du secteur. Toutefois, et en dépit de la baisse de la production d’huile cette saison, la filière oléicole est en plein essor dans la wilaya, a-t-on assuré citant pour preuve, l’extension de la superficie du verger oléicole de la wilaya estimée actuellement à près de 11.000 ha. Toujours au titre de la campagne 2023/2024, la DSA a fait cas de la production de plus de 339.000 qx d’olives, dont plus de 313.000 qx destinées à la trituration et plus de 26.000 qx d’olives de table. A noter que le directeur de services agricoles, Mohamed Benabdellah Bensalem, avait affirmé, à diverses occasions, que le développement de la filière oléicole est le fruit de la volonté des agriculteurs à élargir le verger local et à augmenter la production. Cette volonté a fait de Djelfa une des wilayas pionnières dans le domaine, a-t-il dit, rappelant que de nombreux investisseurs du domaine ont été primés dans des concours internationaux, pour la haute qualité de leur huile qui répond aux normes mondiales, à l’instar de l’huile Dahbia de Benhar et de la marque Khatala de la wilaya déléguée de Messaâd. Pour rappel, le verger oléicole de la wilaya est concentré dans les localités d’El Birine, Hed Shari, Benhar, Ain Oussera, Ain Ibel, Messaâd, Charef, Bouiret Lahdab et Hassi Fdoul. Il s’étend sur une superficie globale de près de 11.000 ha, comptant plus de 3,111 millions d’oliviers dont 2, 621 millions sont en production. La wilaya compte, en outre, cinq huileries privées assurant la trituration des olives produites localement ainsi que celle des wilayas voisines.

 

Continuer La Lecture

ÉNERGIE

El Bayadh : L’université recrute 214 professeurs assistants Le centre universitaire Nour El Bachir d’El Bayadh a bénéficié, dernièrement, de 24 nouveaux postes pour le recrutement de professeurs assistants classe B. 

Publié

sur

Le vice-recteur chargé de la post-graduation, de la recherche scientifique et des relations externes, le professeur Yacine Guettaf a indiqué que ces nouveaux postes sont répartis dans plusieurs spécialités, à savoir  mathématiques, informatique, langue anglaise, langue française, électronique, génie hydraulique, sciences environnementales, sciences vétérinaires, sciences de l’information et de la communication, psychologie, sociologie, éducation sportive, droit public, droit privé, sciences de gestion et de comptabilité. Les modalités de réception des dossiers de candidature au concours, sur la base de l’attestation pour accéder à ces postes, ont été diffusées sur la plateforme numérique du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a-t-on indiqué, ajoutant qu’après avoir accompli toutes les démarches liées à l’opération de recrutement, la liste des admis sera annoncée, sachant que les nouveaux professeurs devront rejoindre leurs postes à partir de la prochaine année universitaire 2024-2025. A noter que le Centre universitaire Nour El Bachir d’El Bayadh, qui accueille 8.000 étudiants dans trois cycles répartis à travers sept instituts et plus de 60 spécialités, dispose actuellement de plus de 250 enseignants, dont plus de 50 professeurs. Pour rappel, cet établissement d’enseignement supérieur a été renforcé, lors de la rentrée universitaire de cette année, par le recrutement de 32 maîtres assistants classe B par voie contractuelle, répartis dans plusieurs spécialités et filières.

 

Continuer La Lecture

ÉNERGIE

Mali : Affrontement dans le centre du pays Des affrontements ont opposé un groupe terroriste à d’ex-rebelles à dominante touareg, vendredi dernier, dans le centre du Mali.

Publié

sur

Bilan : entre sept et quinze morts selon les sources. Les affrontements ont opposé le groupe de soutien aux musulmans et à l’islam (Jnim) de Iyad Ag Ghaly aux combattants du Cadre stratégique permanent (CSP-PSD), l’ex-rébellion dont le fief fut un moment la ville de Kidal. La bataille s’est déroulée dans le centre du Mali, dans un secteur communément appelé la forêt du Wagadou, située non loin de la frontière avec la Mauritanie. Le bilan varie de sept à plus d’une quinzaine, selon nos différentes sources. Des observateurs de la situation malienne admettent avoir été surpris.

 

 

Continuer La Lecture

Trending