Se connecter avec nous

économie

«Il y a beaucoup de contradictions dans cette loi de finances» (économiste)

Publié

sur

Monsieur Benhabib est un professeur des universités, ayant étudié en Angleterre et obtenu son doctorat d’état en France.

Il est à la tête d’un laboratoire de recherche en management et a écrit de nombreux livres notamment sur l’économie bancaire, la stratégie et l’analyse probabillistique.

Aujourd’hui il nous accorde cet entretien afin de nous éclairer sur les répercussions causées par la pandémie de Coronavirus sur l’économie Algérienne.

Il nous exposera par la suite les solutions qui lui semblent envisageable afin d’y remédier.

Propos recueillis par S. Chaoui

Crésus : Quelles sont les répercussions de la pandémie de Coronavirus sur l’économie Algérienne ?

Les conséquences de la pandémie dépendent des décisions que les gouvernants prennent en fonction de l’analyse et de la perception de la situation qui prévaut.

Si les gouvernants ouvrent totalement les commerces, permettent à tout le monde de travailler et de fonctionner à la normale en faisant abstraction de l’existence de ce virus, l’économie ne sera pas impactée.

Le problème résidera dans le nombre de personnes atteintes et de morts qui sera très élevé.

Nous sommes donc devant un dilemme, soit on ouvre tout et nous auront beaucoup de morts et dans ce cas nous observerons une instabilité sanitaire et sociale, soit on confine totalement et ça va réduire l’activité économique.

Il fallait faire un choix, et je pense que le choix qu’a fait l’Algérie est le bon étant donné que l’on se retrouve avec peu de morts et de personnes affectées comparativement à d’autres pays.

Néanmoins, l’activité économique se trouve un petit peu touchée, surtout le secteur du commerce et du tourisme.

Le secteur de la production fonctionne quant à lui. Il n’est donc pas aisé de se prononcer car on ne peut pas bien mesurer l’impact de la pandémie.

Ce dernier est négatif à certains égards, dans le sens où il a réduit la possibilité des ménages de retrouver leur pouvoir d’achat d’antan.

Il faut savoir que c’est surtout l’économie informelle qui se trouve touchée car elle constitue presque 50% de l’économie globale.

Ceci fait qu’il y a beaucoup de personnes qui se retrouvent sans emploi, sans travail au niveau des secteurs des commerces et de la restauration.

On observe alors un appauvrissement conséquent, preuve en est le nombre de mendiants dehors qui a explosé.

Mais maintenant avec les nouvelles mesures qui vont permettre  aux taxieurs et au secteur du transport de reprendre leurs activités même inter-wilaya, il y a aura une reprise de l’activité.

Il faut évidemment que les citoyens observent les mesures sanitaires sinon on  risque de se retrouver à vivre le même scénario que les anglais.

Crésus : Quel plan de continuité de l’économie ou de relance pourrions-nous adopter dans ce cas ?

Le secteur de la production n’est pas touché totalement, il y a plein d’ateliers qui travaillent en respectant le plan sanitaire en vigueur. Le secteur productif peut être relancé, je suis optimiste.

C’est le secteur commercial qui subit le coup. En effet, dès lors que les gens peuvent s’attrouper et qu’il y a contacts humains, comme dans les commerces, les transports, la restauration et même les universités et cité universitaires, il y a un haut risque de propagation !

Par exemple, avant la pandémie il y avait 3-4 étudiants dans une même chambre universitaire. Maintenant, il faut au grand maximum deux lits par chambre. Ces mesures coûtent énormément si on veut les matérialiser. En plus, le risque de contamination et de propagation du virus serait encore trop important.

Si les autorités concrétisent cette volonté de vaccination générale et rapidement, ce sera une mesure qui permettra de réduire la propagation du virus mais aussi de lancer véritablement les secteurs en berne.

Il faut d’urgence lancer la vaccination, surtout pour les gens qui sont vulnérables mais aussi pour les personnes en contact avec la population comme le personnel médical.

Crésus : Récemment des experts ont avancé que le salaire de l’algérien moyen avait connu une baisse de 11% en raison de la pandémie. Que pensez-vous de ce chiffre ? 

Les économistes analysent des événements sur la base de données et d’informations réelles et sûres.

Quand on dit que la diminution du salaire est de 11%, la réalité pourrait être de 5% ou de 15% !

Il y a une diminution du salaire, c’est évident vu que certains citoyens n’ont pas pu travailler, notamment dans le secteur du transport qui a été affecté particulièrement par cette crise (taxi, train, métro, avions).

Ils n’ont donc pas perçu de salaire, mais ensuite nous ne connaissons pas la proportion exacte de cette perte salariale par rapport au salaire global.

Il faudrait pouvoir mesurer l’impact sur le secteur informel, mais nous n’avons pas les outils ni les chiffres exacts pour pouvoir communiquer un chiffre.

On est dans l’ignorance de certaines données, ce qui ne nous permet pas de réaliser une analyse pertinente de la situation.

Crésus : Le président de la République vient de parapher la loi de finances. Quels sont, selon vous, ses points forts ?

Le point fort fondamental concerne la gestion de la sécurité au niveau national. Parce qu’en ce moment nous sommes cernés, visés. Il est alors nécessaire de prendre des précautions.

C’est comme dans une famille, quand il y a le feu dehors, le père de famille se précipite pour ramener les enfants à la maison.

Tous les systèmes fonctionnent ainsi, devant le danger on se recroqueville, on centralise.

Pour le moment, il n’y a pas encore de centralisation mais j’espère que le gouvernement va fonctionner correctement. D’autant plus qu’à cause du Coronavirus, les autorités n’ont pas pu réaliser le travail qu’elles pensaient accomplir.

Maintenant, avec l’introduction du vaccin, je pense que l’état va commencer à mettre en place les mesures adéquates afin de relancer l’économie nationale.

Cette loi de finances ne me contente pas dans la façon dont les rubriques ont été pensées. Ce n’est pas normal d’allouer des ressources à certains ministères et pas d’autres, on ne peut pas fonctionner comme cela ad eternam.

Il y a beaucoup de choses incompréhensibles et de contradictions dans cette loi de finances. Je ne sais pas si les dirigeants ont voulu calmer les choses ou n’ont pas voulu créer des discontinuités dans la gestion ou ne pas déranger certains.

Par exemple le secteur des NTIC devrait être prioritaire. Nous sommes le dernier pays en terme de débit internet actuellement alors que dans les années soixante-dix nous étions premiers au niveau du Maghreb.

Pour vous illustrer l’urgence de la situation, au niveau de l’université il y a un débit internet très faible qui ne permet même pas de proposer des cours à distance.

Autre exemple, le secteur du tourisme est devenu un secteur très important dans certains pays. Il faudrait en faire autant chez nous car c’est un domaine prometteur pouvant employer la moitié des chômeurs.

J’espère que ce gouvernement fera son maximum pour développer l’agriculture également.

On pouvait, il y a plus de 20 ans de cela, réaliser la souveraineté alimentaire, mais nous ne parlons d’autosatisfaction alimentaire que ces derniers temps.

Nous n’avons fait qu’importer ces produits, c’est vraiment honteux ! L’Algérie dispose de potentialités extraordinaires pour pouvoir satisfaire les besoins de la population algérienne mais aussi pour exporter !

Tout ceci est un exemple de décisions qui ont été mal prises par le gouvernement d’avant.

La prise de décision n’était réalisée que pour satisfaire les intérêts personnels qui consistaient à se maintenir au pouvoir et ce même au prix de la vente de l’Algérie aux étrangers.

Aujourd’hui, j’espère et je pense que le nouveau gouvernement va travailler dans l’intérêt de l’Algérie. Le gouvernement actuel est bien outillé pour cela.

Crésus : Un fond d’investissement a été créé pour les start up, pensez-vous que cela soit un bon investissement de la part de l’état ?  

Oui, on est même très en retard à ce niveau ! Il faire de son maximum pour que cela puisse réussir.

Nous avons des universitaires, des jeunes, qui ont des idées formidables et qui ont les capacités de lancer des produits qui peuvent concurrencer les produits importés. C’est ainsi que l’on pourra lancer la production nationale.

Pour cela, il faudrait que ces jeunes soient animés de bonne volonté et du principe de patriotisme ! Il faudrait aussi que l’état puisse aider ces startuppeurs à démarrer, employer, créer une valeur ajoutée car c’est bénéfique pour le pays et le PIB.

Pour cela des agences et incubateurs sont nécessaires pour les encadrer et les piloter.

Il faudrait que la recherche universitaire soit une recherche utile qui puisse être bénéfique au jeune et au pays et non pas uniquement dans le but d’obtenir un diplôme.

En premier lieu, il est important de résoudre une problématique locale et en deuxième position d’intervenir pour enrichir le champ d’investigation scientifique de l’étudiant.

C’est-à-dire apporter du neuf ou améliorer l’existant à partir d’une recherche académique conjuguée à une recherche empirique pour résoudre les problèmes des entreprises, etc…

Pour mener cette entreprise à bien, il est nécessaire de vacciner tout le monde, les étudiants, les décideurs, par un vaccin de patriotisme et de nationalisme qui est bien souvent manquant.

Entretien réalisé par S. C.

 

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

économie

Risques liés aux calamités agricoles : Du nouveau à la CNMA La Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) s’apprête à lancer «très prochainement» un produit couvrant les risques liés aux calamités agricoles dues aux changements climatiques, notamment la sécheresse et les inondations, des risques jusque-là non assurés, a affirmé le Directeur général de l’assureur public, Cherif Benhabiles.

Publié

sur

«Le dispositif d’assurance calamités agricoles sera normalement lancé très prochainement», a-t-il indiqué à l’APS, précisant que ce dispositif interviendra dans un contexte marqué par les effets des changements climatiques qui provoquent «chaque année des pertes faramineuses aux agriculteurs en raison des incendies et de la sécheresse notamment».

Rappelant que la CNMA avait déjà organisé en 2017 un séminaire international pour attirer l’attention quant aux conséquences des changements climatiques et souligné l’importance d’un tel dispositif, le même responsable a relevé que le secteur agricole est le plus exposé aux dérèglements climatiques.

Continuer La Lecture

économie

Introduction du CPA en Bourse : 28,7 milliards de DA récupérés du circuit parallèle L’opération d’introduction de la banque du Crédit populaire d’Algérie (CPA) en Bourse a permis de récupérer, à partir du circuit parallèle, une somme de 28,7 milliards de DA, soit plus du quart du montant global levé, a indiqué jeudi dernier, le président de la Cosob, Youcef Bouzenada.

Publié

sur

  «Cette somme de fonds qui n’étaient pas bancarisée, a été versée, en espèces, grâce à l’introduction du CPA à la Bourse d’Alger», a précisé Bouzenada dans une déclaration à l’APS. Elle correspond à une part de près de 26% du montant de 112,5 milliards de DA levé à travers 11.690 comptes bancaires lors de l’opération d’ouverture des souscriptions au capital du CPA, achevée le 14 mars dernier, a-t-il souligné. «Cela démontre que cette opération a contribué grandement à promouvoir l’inclusion financière par l’ouverture de ces nouveaux comptes pour introduire des sommes thésaurisées», s’est réjoui le président de la Cosob, réaffirmant le rôle important de l’outil que représente la bourse pour capter les fonds hors circuit bancaire.

 

Industrie automobile

 

Fermeture temporaire de l’usine Fiat d’Oran

Le démenti d’Ali Aoun

Le ministère de l’Industrie et de la Production pharmaceutique a indiqué, jeudi dernier dans un communiqué, qu’« il nous a été donné de constater qu’une fausse information a été publiée sur les réseaux sociaux, indiquant que l’usine Fiat d’Oran a été fermée temporairement pour des raisons de vol de 132 moteurs Fiat», déplorant aussi le fait que «la photo de monsieur le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique a été associée à cette publication». Le ministère « dément cette information et révèle qu’il s’agit d’une rumeur sans aucun fondement », a-t-il précisé, tout en affirmant que «l’usine poursuit actuellement son activité sans aucun incident signalé», conclut le communiqué.

Continuer La Lecture

économie

Algérie –UE : 46,5 milliards de dollars d’échanges Le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, a affirmé, jeudi dernier, lors d’une conférence organisée par la Délégation de l’Union européenne (UE) en Algérie, en collaboration avec l’Agence algérienne de promotion de l’investissement (AAPI), sous le thèm : Explorer les nouvelles opportunités d’investissements et de Nearshoring en Algérie que la plupart des investissements européens directs en Algérie restait limitée au secteur des hydrocarbures.

Publié

sur

   Le ministre a ensuite appelé à la nécessité de «les élargir et de les renforcer pour réduire la disparité qui caractérise les échanges commerciaux entre les deux partie». Le ministre a rappelé que l’Algérie, qui a toujours été un partenaire fiable et sûr pour les pays européens, notamment dans le domaine de l’approvisionnement en gaz naturel, aspire à «établir des relations de coopération et de partenariat qui répondent à nos aspirations mutuelles en matière de développement économique». Pour Aoun, le thème de cette rencontre s’inscrit dans la nouvelle vision économique de l’Algérie et constitue une opportunité pour formuler une approche commune en vue de renforcer la coopération entre l’Algérie et l’UE. Ainsi, le ministre s’est dit convaincu que «le nouveau départ ne peut se réaliser qu’avec la participation de tous les acteurs, notamment les investisseurs et les hommes d’affaires des deux côtés», appelant à «intensifier les contacts et les rencontres pour établir des relations basées sur le principe gagnant-gagnant». Aoun a, en outre, souligné que la coopération ne «saurait être fructueuse», que dans le contexte d’un environnement sûr et stable qui renforce la confiance des acteurs économiques et leur «octroie les garanties et les mesures incitatives». Partant, le ministre a souligné que «l’Algérie vit une nouvelle ère et est engagée à jeter des passerelles de coopération avec l’Union européenne (UE), en tant que partenaire historique», rappelant que l’accord de partenariat de part et d’autre a érigé l’UE en 1er partenaire de l’Algérie, durant plusieurs année, et que le volume des échanges commerciaux entre l’Algérie et l’UE, s’est élevé à 46,5 milliards de dollars, durant les 11 premiers mois de l’année 2023. Quant au chef de cabinet du vice-président de la Commission européenne chargé du Commerce et de l’investissement, Dombrovskis, il a affirmé que l’Algérie est «un pays clé qui attire les investissements étrangers», soulignant la mise en place d’un plan définissant les activités qui attirent les investissements, pour collaborer avec les opérateurs étrangers en vue de les inciter à investir en Algérie. Cette conférence était une opportunité pour les parties prenantes, privées et publiques, de procéder à un échange de vues sur le climat d’affaires et les investissements en Algérie, ainsi que sur le partenariat euro-algérien en matière d’investissement.

Continuer La Lecture
Annonce

Trending