Se connecter avec nous

Reportage

Reportage : A l’assaut du sublime sud !

Publié

sur

Adrar et toutes les merveilles du monde !

Dieu quelle fascination recommencée que ce grand sud ! Rien de tel vraiment pour un ressourcement garanti !

Fichu mais précieux réveil! son driiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiing tonitruant m’arrache à mon sommeil passablement agité…Il en est ainsi à la veille de chaque départ vers une destination lointaine: le grand sud pour ne pas le nommer….Adrar capitale du touât pour ne pas ma nommer…Un brin de toilette et hop dehors sous une pluie battante…Le chauffeur et la photographe sont déjà là sur le qui-vive…Salamalecs d’usage juste pour tromper le manque de sommeil….Direction l’aéroport Houari Boumediene. Formalités d’usage ficelées express grâce à la pimpante Wafa photographe de son état…et qui dispose in situ de relations sûres…Sinon on n’aurait pas pu embarquer…Mais bon tout est bien qui finit bien…Embarquement immédiat….Deux heures de vol et le tour est joué….Une précision de taille on est parti pratiquement à l’aventure…Oui parce que j’adore l’imprévu et Wafa aussi….Et la bonne surprise commence à l’aéroport au moment même où on se concertait pour crécher quelque part…

Top départ !

Ne voilà-t-il pas que la providence cette accoucheuse de tous les impossibles mettra sur notre chemin une belle comédienne venue droit de ….Tizi-Ouzou ! ben oui le monde est petit n’est-ce pas….elle attendait un cousin investisseur qui plus est et patron d’un hôtel qui plus est: la belle aubaine pour nous que ce kit complet….inattendu pour le moins! dans ce cas vive l’aventure! L’hôtel au cœur de la cité est encore en chantier nous confie Karim jeune investisseur débarqué de sa Kabylie maritime pour « prouver et s’éprouver »….Avec sa bonne bouille et sa réserve de fils de famille pudique il me confiera ses premiers déboires alors qu’il était employé au Sheraton… Sûr de « valoir mieux » que ce cadre de plus en plus hostile la force des choses et surtout « l’imbécilité de certains hommes », il décide alors seul comme un grand avec ses maigres économies pourtant de « prendre le premier bus pour le sud »…Bien lui en prit puisque une fois sur place son projet d’investissement touristique trouvera un écho favorable auprès des autorités locales soucieuses comme de juste « d’attirer les investisseurs par une multitude de facilités » tel le prêt bancaire remboursable à long terme. Alors Karim a foncé en s’entourant de « proches et amis triés sur le volet et suffisamment motivés ».

Le hasard fait bien les choses

Et au final le résultat n’est pas mauvais du tout puisque l’entreprise familiale « donne des signes évidents de vitalité » pour reprendre les propres termes du jeune investisseur…Faut dire aussi qu’on y fait de la bon ne popote tandis que globalement le service est appréciable….Deux petites choses m’ont pourtant quelque peu refroidi sinon au moins tiédi: les douches et les toilettes à l’extérieur des chambres tandis que le petit déj n’est pas assuré….Sans doute les prestations sont-elles appelées à connaître un bond qualitatif à terme….Puisqu’il y a un savoir-faire indéniable chez Karim et son équipe de jeunes qui font tout en direct puisque la cuisine donne directement sur la salle de restauration. D’ailleurs je m’y suis sustenté pour à peine 400 DA…A moins que je n’aie bénéficié d’un régime préférentiel…Allez va pour un tour en ville: la cité est vraiment coquette, spacieuse et aérée. Un fait dominant qui ne manque pas de retenir l’attention : la propreté impeccable des lieux. Car une entreprise de jeunes s’occupe au mieux de ce volet si décrié par ailleurs à différents niveaux…

Cité touristique phare

Hé oui dans une cité réputée touristique l’hygiène est forcément mère de sûreté…Comme partout ailleurs la vie reste chère et la mercuriale donc brûlante du fait nous dit-on que « tout vient pratiquement du nord »…Pendant ce temps-là Wafa qui a sympathisé avec les « hôtelières » se repose comme de juste avant la grande aventure de demain qui sera un « autre » jour d’un tout autre calibre je vous le dis…

Une courte nuit de sommeil avant d’affronter aux premières lueurs de l’aube en compagnie de madame Meriem Bendiba enseignante et militante au sein du FLN en tant que responsable de l’UNFA locale une journée disons plus « studieuse » et enrichissante que celle de la veille…Le soleil est déjà haut dans le ciel et tape plutôt sec…Sur la route droite et rectiligne de Timimoun à environ 22O km de Adrar l’ambiance est plutôt animée tout en resserrant les liens entre nous…

Timimoum mon amour

Discussions prosaïques et « pédagogiques » se croisent, s’entrechoquent et se chevauchent….la faconde des gens du pays profond étant légendaire et surtout communicative pas le temps de s’ennuyer…D’autant plus que Meriem et Hocine le chauffeur savent tant animer et entretenir la conversation….Je griffonne quelques notes sur mon carnet de bord….Et comme le sud est un éternel enchantement y a de quoi meubler et noircir mon bloc-notes….Tandis que WAFA pour sa part immortalise la beauté époustouflante des sites et lieux-dits traversés….L’air frais et pur ouvre l’appétit….Allez va pour une pause-café gracieusement offert par Farid. L’occasion tant attendue pour s’en griller une…Car le faire à bord du véhicule serait peu galant envers la gent féminine…Les localités défilent et le chauffeur sur fond d’invectives à l’encontre de certains chauffards du vendredi craint pour le véhicule et ses hôtes…

Trois heures de route

Trois heures de route pour rallier Timimoun première escale de la journée ensoleillée. Un soleil de plomb dont les morsures laissent des traces indélébiles sur mon épiderme pourtant si éprouvé…Il fait au moins du 35 degrés Celsius…Je donnerai cher, très cher pour m’en aller goûter aux délices des magnifiques palmeraies traversées…Mais on est là d’abord pour travailler n’est-ce pas ? Alors suite de cette passionnante odyssée par sable et palmeraies demain in challah….

Amar Zentar

 

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Reportage

Le règne des charlatans persiste

Publié

sur

Reportage réalisé par Samia Acher

Bkhour,  talisman, ail, bougie, parfum, poivre noir, henné,  plomb, œufs,… des ingrédients  utilisés par les charlatans, pour tromper les gens. Il y a tellement de maux et de fléaux sociaux dans notre société, qu’ils donnent  naissance à des «professions» qu’on croyait révolues. Les jeunes des deux sexes ont de plus en plus recours à la sorcellerie, parce que ces malheureux ont dû essayer toutes les voies pour un avenir meilleur mais qui sont restées vaines. La misère  le  mal vivre et l’ignorance favorisent la prolifération  de toutes sortes  de pratiques ésotériques étrangères à notre société, qui visent à leurrer la possibilité d’un destin malheureux ou se débarrasser d’un mal persistant.

Des imposteurs s’autoproclament « guérisseurs légaux »

Ce  phénomène qui est très  implanté dans toute l’Afrique, y compris  le Maghreb, est très répandu dans notre société, ceci a fini par dévier la raison de nos jeunes, en situation d’équilibre instable, en faisant d’eux des prisonniers de la superstition. Une pratique qui ne prévoit aucunement tout bon sens, encore moins la religion musulmane. Ces imposteurs s’autoproclament «guérisseurs légaux» de la malchance et du  mauvais œil. Ces sorciers charlatans et soi-disant voyants ont carrément des locaux, où ils exercent  leur  profession  libérale, au vu et au su tout le  monde. Ces charlatans proposent  même leurs numéros de téléphone aux fidèles qui deviennent par la suite de bons clients. Pour en savoir davantage sur le phénomène et ses répercussions, sur la société, nous avons recueilli des témoignages poignants qui attestent de l’ampleur de ce fléau. Notre objectif est de faire la lumière sur le sujet en répondant à ces interrogations à savoir les raisons qui poussent  certaines personnes, si ce n’est pas la totalité à recourir,  à ce genre  de pratiques ? Comment expliquer ce genre de pratique ? Pourquoi ces jeunes croient aux charlatans qui prétendent posséder les clés  de tous les problèmes, si ce n’est pour leur escroquer des sous ? Qui sont les clients qui fréquentaient les plus ces endroits? Comment ces  arnaqueurs procèdent-ils pour gagner la confiance des fidèles ? Quelles  sont  les  conséquences de ses pratiques douteuses? La sorcellerie est-t- elles punie par la loi ? Comment la religion perçoit-elle ce fléau ?

Des femmes racontent …

C’est très difficile de trouver des sorciers , ces derniers sont  reconnus  de par la  bouche à oreille, alors nous avons interroger différentes personnes dont la majorité des femmes en se faisant passer pour une personne qui voudrai voir ces sorciers, sans leur avouer  notre  principal objectif, ou la profession que nous exerçons. Des femmes célibataires ou mariées qui témoignent sont atteintes, selon  elles des maladies sans remède , il s’agit soit du célibat, ou bien des mariages  ratés ou encore des  problèmes liés  à la stérilité. L’une d’elles  a laissé entendre qu’elle était désespérée de ne pas trouver un  prétendant. «J’ai  perdu  l’espoir. Je reste à la maison, la  plus part du temps, je cherche un mari  liyastarni », dit-elle avec amertume. Pour elle, la soi-disant guérisseuse pourra  chasser le mauvais œil, la malchance et le stress.

Une vieille qui chasse le mauvais œil et esshour en cassant des œufs

Une autre nous a révélé l’existence d’une vieille  sorcière à  Alger, plus précisément à Beb El Oued, connue pour selon elle, ces pouvoirs de chasser le mauvais œil et esshour . «J’ai rencontré une femme dans le bus c’est elle qui m’a donné l’adresse de celle-ci. En plus, elle m’a indiqué qu’avant de partir chez la sorcière, il faut mettre des œufs sous ton lit toute la nuit, et les lui rapporter le lendemain » a-t-elle affirmé. Elle poursuit avec amertume : «  Je suis  mariée, depuis  longtemps  et mon mari n’a aucune considération pour moi. Je suis malheureuse, dans ma vie conjugale. Je pense qu’il a été ensorcelé, alors je suis partie voir, khalti x ,pour demander de  l’aide. J’ai  entendu  dire qu’elle ne faisait  pas  du mal et qu’elle pouvait  prédire l’avenir. Je  voulais seulement que mon mari me revienne». Et d’ajouter : «Je suis partie très tôt  voir khalti X. Dés, que je rentre, j’ai aperçu une chambre étroite, bondée de femmes, de tout âge, entassées l’une à côté de l’autre, chacune raconte la raison de sa présence. Une fois mon tour est venu, l’odeur fétide du bkhour m’a suffoqué. La vieille était vêtue d’une robe usée, un foulard qui lui cachait presque le visage. Au moment, où j’allais lui parler de mon histoire, elle m’a dit que ton couple battait de l’aile et que ton mari était masshour. Elle m’a demandé de lui remettre les œufs. Elle les a cassés devant moi.  Et à ma grande stupéfaction, j’ai trouvé des cheveux noirs dans les œufs. Elle m’a dit voici la réponse à tes soucis».

La femme est sortie en pleur, en voyant l’avenir  de son foyer, en plein naufrage, nous a confié qu’elle a continué à aller voir la vieille sorcière jusqu’à ce que les œufs deviennent purs et sains.  La mère de famille nous parlé avec un tel soulagement, comme si  la vieille a jeté un sort sur le couple et a guéri son mari. Nous l’interrogeons  sur les raisons qui l’on poussé à s’adonner à ce genre de croyance, elle fait savoir qu’elle n’a pas vraiment le choix,  pour elle sauver son mariage est vital, même si elle devait recourir à la sorcellerie.

Des dons de soigner de femmes stériles

Une femme âgée de la quarantaine, mariée, a déclaré : «Je  suis mariée mais je n’ai pas d’enfants, alors on m’a parlé de cette guérisseuse à Staouali qui, d’après la  rumeur, a des solutions à ce problème qui me pourrit ma  vie». Et  d’ajouter : « La médecine est  incapable de me venir en aide, alors la guérisseuse m’a donné des herbes. Même si nous n’avons pas pu interroger les hommes, ça  ne les exclut pas de recourir à la sorcellerie ».

«10.000 DA pour une potion magique»

«La sorcellerie est utilisée pour différentes causes et la principale cause est d’empêcher le mariage. Elle peut cependant être faite par une amie, une parente, une cousine même une sœur…des femmes ont tendance à payer des millions pour des compositions «magiques» pour empêcher un mariage d’une fille, par exemple», nous fera savoir, encore, Ibtissem, une jeune femme au foyer rencontrée à Alger. «Une femme m’a confié avoir versé 10 000 DA à une sorcière pour une potion magique », a renchéri, Ibtissem.

La sorcellerie se nourrit de la détresse des personnes

Les sorciers et les voyants profitent de la détresse des « patients » qui sont en réalité des malades sous l’emprise du désespoir et du  malheur. Apparemment, la détresse est le point commun de tous ceux qui ont recours à ce genre de  pratique. Les  soi-disant «guérisseuses» parviennent facilement à duper et à persuader les clients avec de belles paroles et des mots leur promettant un avenir radieux. Et comme ces  gens sont désespérés, le  plus  important  à leurs  yeux est de croire, même à une lueur d’espoir. Personne n’est épargné,  y  compris les  intellectuels. Les personnes qui n’ont pas la foi en Dieu sont des proies faciles à toutes les pratiques douteuses y compris la sorcellerie car l’Islam l’interdit. Elle est punie par loi, ce qui explique les multiples arrestations  dont ont fait l’objet plusieurs d’entre eux et d’entre elles. Voici une facette d’une société prise par le désespoir et démunie de toute humanité.

S.A.

Continuer La Lecture
Annonce

Trending