Se connecter avec nous

EDITO

Le silence, c’est partis !

Publié

sur

Par S. Méhalla

Débat public, unité autour d’une idée, sécurité, numérisation, mix énergétique, relations
internationales, société, inflation, pouvoir d’achat… autant de sujets de conjoncture à même
d’alimenter, dynamiser la raison essentielle d’être des formations politiques muettes comme
une tombe abandonnant son rôle à une population agitant toutes sortes d’idées dans les
espaces dangereux des réseaux sociaux. Une attitude anti-partisane qui sent le soufre.
L’opportunisme, qui sent. Et qui sent la politique de l’autruche.
Nous assistons désormais à une grande campagne de silence au moment où l’activisme
politique militant est appelé à se manifester en support à l’action politique tracée par le
président de la République. En l’espace de quelques mois seulement, des évènements ont
marqué le quotidien. Autant sur le plan national qu’international. Sur ce dernier plan, avons-
nous entendu de réactions fermes mobilisant les militants lorsque l’Espagne détourna son
regard du Sahara occidental ? Nos partis politiques hibernaient dans un cocon douillet.
Silence !
Le président français, quant à lui, n’a pas hésité à nous offusquer le temps d’une campagne
présidentielle. Pour lui, nous n’étions que des survenus de l’Histoire humaine et que notre
pays n’est qu’une création du sien. De quelle manière, nos partis politiques ont pu défendre
l’Algérie des chouhada ? Silence ! Pourtant : «Quand Joughourta était dans les geôles de
Rome, le pays de Macron n’existait pas», dixit feu Houari Boumediene.

L’affaire de l’exfiltrée française ou algéro-française, on ne sait vraiment plus qui est qui dans
nos recoins, de quelle manière les formations politiques ont-elles réagi ? Silence !
Comment ces formations politiques agréées ont répondu aux attaques répétées de Xavier
Driencourt, un diplomate embusqué presque une décennie en Algérie pour sucer la moelle
«des amis algériens», les manipuler à volonté où il voulait, comme il le voulait et quand il le
voulait… Nos partis politiques, jadis actifs et dynamiques, ne sont aujourd’hui que de maigres
«régiments» de talentueux silencieux n’osant même plus montrer un nez hors de leurs
vestiaires. Ils manquent d’effort pour aller chercher une source d’énergie d’initiative leur
donnant une quelconque parole. Une quelconque raison d’être. Une tribune quant à tel ou tel
dossier. Le peuple ne peut s’appuyer sur des tares pareilles qui pèsent lourds sur le vécu du
citoyen ayant besoin de projets, y compris politiques. D’orientation. D’action pour sortir d’un
espace virtuel mortifère. Suicidaire. Pour répondre à telle ou telle ambassadrice qui prétend
déguster chez elle une liberté alors que son pays a créé le Guantanamo pour déshumaniser ce
qui reste humain dans ce bas monde. Bref !
S. M.

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

EDITO

Fédérer les forces vives Abdelmadjid Tebboune s’est rendu, le 1er mai dernier, à la maison du Peuple.

Publié

sur

  Il a choisi un jour symbolique pour s’adresser aux travailleurs et à leurs syndicalistes. Dans son discours, le chef de l’Etat a tenu à rassurer le peuple algérien et la classe ouvrière sur la santé du pays. Il a évoqué les pas de géants qui ont été réalisés sur le plan socio-économique non sans rappeler la situation déplorable qu’a connue l’Algérie avant 2019. Il a appelé à la concertation, au dialogue et à la nécessité de «poursuivre l’édification d’une économie forte, non rentière et indépendante des hydrocarbures», s’engageant une nouvelle fois à préserver le caractère social de l’Etat découlant des principes de la Déclaration du 1er Novembre 1954. Deux jours, après, c’est face à la corporation des journalistes que le chef de l’Etat a tenu à être présent. Président une cérémonie en l’honneur des journalistes à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, Abdelmadjid Tebboune a échangé avec des représentants des médias et a écouté leurs préoccupations. Au cours de la même semaine, c’est à l’Armée nationale populaire que le Président s’est adressée. Lors d’une visite au siège du ministère de la défense nationale, il a tenu à saluer les efforts consacrés par les valeureux soldats soulignant dans une allocution prononcée à l’occasion que «l’Armée nationale populaire est forte et se renforcera davantage» pour préserver cette souveraineté. La semaine prochaine, le chef de l’Etat s’apprêterait à tenir une réunion élargie où chefs de partis et membres du Gouvernement y prendraient part. Une première ! Là également, il sera question d’un échange à cœur ouvert, sans interdits. Une initiative déjà saluée par les formations politiques. Mais en prenant un peu de recul, la démarche du Président semble s’éclaircir et sa trajectoire, prendre forme. Abdelmadjid Tebboune cherche à concrétise son projet de «main tendue» visant à renforcer le front interne. Il aspire à rassembler toutes les forces vives du pays autour d’un seul objectif : construire une Algérie nouvelle.

Amine Ghouta 

Continuer La Lecture

EDITO

Mot à dire : Mouillez-vous le gosier !  Je me rappelle d’une subliminale phrase de Christine Lagarde, ex- directrice générale du FMI, dite, il y a quelques années, dans un ultime «confiteor» : «Plus le monde va mal, mieux c’est pour le FMI».

Publié

sur

 

 

 

Belle reconnaissance de sincérité que nous devons à celle qui ne fait, il va de soi, de la misère, de l’infortune, de la clochardisation et du malheur des autres, qu’une heureuse reconnaissance de dettes au grand dam des Cicéron. Il va de soi que Lagarde et ses semblables n’ont pas envie d’enquiquiner ????ses ordonnateurs. Plutôt les rassurer pour les années à venir : le monde ira mal. Les jeux sont faits, les dés pipés. Ces conspirateurs, répètent ad litteram l’opéra de la Grande duchesse d’Offenbach. La morale est de «cocufier» le soldat Fritz, qui dans notre monde représente l’honneur défait des damnés, les hypothèques des souverainetés des peuples tenus entre les crocs de la Banque mondiale et du FMI, de l’Otan et des appétits hégémoniques…  Des peuples à l’honneur barbouillé aussi longtemps que les dinosaures, telle Lagarde, existent…  des peuples, risée des «de la Grande-duchesse» dispensée de la permission de la conscience pour s’emparer de la dignité des autres …  C’est tout le panache de Mme Lagarde. L’opéra, dans l’imaginaire d’Offenbach, se termine par un célèbre grand verre trinqué à la santé des aïeuls de la Duchesse. Dans la réalité des peuples d’aujourd’hui, ce grand verre est rempli de sang où se noient à longueur de jours des millions d’innocents, où crèvent de faim à longueur de jours des milliers de lardons, nés du mauvais côté du monde, tandis que Lagarde a été créée, de la cuisse de Jupiter, moche comme un ange de la Jihenne. La mission est de nous soumettre au nouvel ordre de matés ?????.

Le monde va mal, certainement M’dame ! Réjouissez-vous, vous êtes servie ! Le verre rempli de sang frais est entre vos mains souillées par les souffrances des «crétins». Mouillez-vous le gosier, M’dame ! Le monde va mal ! Là où le regard vous porte, plantez l’étendard de brigands. Et faites vos «je», M’dame. Les hymnes ont pris goût de requiem s’interprétant en Libye, en Syrie, au Yémen, à Baghdad, au Mali, au Burkina, au Niger, à Tunis ou ailleurs… Faites vos jeux M’dame, le monde va mal -certainement bien pour vous – en attendant de faire entrer l’accusé !

 Par S. Méhalla

 

 

 

Continuer La Lecture

EDITO

Divisions ethniques, dislocations politiques, guerre civile et… catastrophes naturelles : La Libye se «noie» ! Livré au chaos depuis l’assassinat du colonel Kadhafi, par les sbires de l’Otan, la Libye continue de subir toutes sortes de revers impensables…

Publié

sur

Livré au chaos depuis l’assassinat du colonel   Les inondations qui ont causé d’énormes dégâts en Libye ces derniers jours ont montré la faiblesse de l’État libyen qui ne parvient pas à organiser les secours. Une précarité de la gouvernance due aux divisions provoquées par le démantèlement violent des institutions en 2011 suite à l’intervention de forces extérieures qui continuent de saper le processus de réconciliation inclusive.
L’Algérie a moult fois averti la communauté internationale en général et les instances africaines en particulier au sujet des dangers d’une destruction de l’État unitaire libyen.

Apocalypse
Les scènes sont apocalyptiques. Des torrents de boue ont emporté véhicules et piétons, ensevelis ou jetés dans la mer. De nombreux cadavres. Des cris, des pleurs sur des vidéos effrayantes postées par des Libyens. Le cyclone Daniel a provoqué l’enfer entre le 9 et le 11 septembre.
Le bilan effrayant où se mêlent les chiffres partiels et des estimations affolantes, citant des dizaines de milliers de disparus. 2.300 morts officiellement annoncées. Pour les observateurs avertis, l’absence d’un recensement fiable est dû à l’incapacité des institutions de procéder au recoupement, à la centralisation des informations. Il en est de même des secours. Les services de sécurité, la Protection civile ou l’armée montrent des lacunes en matière de coordination alors que les Libyens tentent de s’organiser avec trop peu de moyens. Divisés.

L’État précaire
« La situation à Derna est choquante et très dramatique (…) Nous avons besoin de davantage de soutien pour sauver des vies car il y a des gens toujours sous les décombres et chaque minute qui passe compte », a déclaré Oussama Ali, porte-parole du Service de secours et des urgences libyen. Mais, en raison des rivalités entre le gouvernemen,t prétendument national, et l’autorité rivale de fait qui continue à s’exercer sur l’est de la Libye, où se situe la localité de Derna sous les eaux, l’organisation des secours bafouille. Certes, le président du Conseil présidentiel libyen, Mohamed Yunus Al-Menfi, a assumé ses responsabilités en lançant « un appel à l’aide internationale » au profit des habitants des villes sinistrées comme Derna, Al-Bayda et Shahhat, exhortant la population à se « conformer aux instructions des autorités pour surmonter cette crise ». L’Algérie a d’ailleurs répondu en dépêchant des équipes de secouristes ainsi que du matériel et produits de première urgence. Mais, la faiblesse de l’État libyen actuel est flagrante. Même si les hélicoptères de l’armée effectuent des sauvetages, le nombre est insuffisant et ils demeurent stationnés trop loin des lieux du sinistre. Problèmes de logistique, du personnel difficile à mobiliser, les réseaux téléphoniques en panne avec des couvertures perturbées, l’eau potable commence à manquer, les routes coupées par les crues d’eaux qui ont complètement détruit le bitume.

La leçon de Daniel
Il est difficile d’envisager un plan Orsec dans ce contexte d’autorité relative des institutions libyennes. La faute au démantèlement qu’elles ont subi suite à l’intervention étrangère qui a laissé le chaos après avoir renversé le régime du chef de l’ex-Jamahiriya, Mouammar Kadhafi en 2011. Depuis, une guerre civile a failli disloquer la Libye alors qu’une démarche de réunification est en cours, contrariée par des États tiers et extra régionaux ; ceux-là même qui ont alimenté le conflit armé entre les différents antagonistes durant des années. L’Algérie a mis en garde, à plusieurs reprises, la communauté internationale et l’UA sur les dangers de la partition de la Libye ou de l’affaiblissement de l’État en encourageant le dialogue inclusif au profit du peuple libyen. Aujourd’hui, face à cette catastrophe naturelle, la réalité du terrain confirme les appréhensions d’Alger en interpellant l’Onu. Il faut aider le peuple en cette terrible épreuve mais aussi l’accompagner pour un règlement définitif de la crise politique. C’est la douloureuse leçon de Daniel, le cyclone naturel.
Maya Loucif

Continuer La Lecture
Annonce

Trending