Appel à toutes les compétences…

La qualité des élites est fonction de la qualité de l’enseignement qui leur est dispensé. Car il y a à l’évidence, une corrélation étroite entre les deux attributs. Or il faut d’emblée relever un fait particulièrement singulier sinon carrément anachronique : nos centres universitaires sont l’otage de bureaucrates impénitents qui font la pluie et le beau temps à leur guise, au vu et au su de la tutelle qui plus est. A ce niveau déjà, il convient de remettre chaque partie à sa véritable place. Au lieu, par exemple, de tous ces effectifs pléthoriques et rentiers par ailleurs qui font office « d’administration » pourquoi ne pas leur substituer un manger flanqué de deux ou trois collaborateurs suffisamment instruits des spécificités de cette noble institution pas tout à fait comme les autres ?

Parce que l’université n’a nullement pour vocation de faire du social. Tant il est patent que sa finalité première est de former au mieux les futures élites tout en mettant à jour chaque fois que de besoin par la mise à niveau ses connaissances. Ce qui n’est point par ailleurs un luxe et ou une quelconque faveur qui prêterait donc matière autant à magouilles, spéculations et surenchère. Car en tant que haut lieu du savoir elle est condamnée (au sens noble du terme) à ne se soucier que de la production du savoir sur tous les registres : scientifique, technologique et autres spécialités dument reconnues primordiales.  Et si quelque part l’université est discréditée malgré tous les énormes budgets qui lui sont consacrés par les pouvoirs publics pour produire, hélas, au final, des cadres médiocres, c’est qu’il y a, assurément, quelque part, maldonne.

Ainsi dans ce marasme ambiant aggravé par ce que l’on pourrait désigner par « idéologisation » de l’enceinte universitaire, il est difficile pour un observateur averti de s’y retrouver. Pourtant il existe bel et bien un label universitaire algérien et nous n’en voudrons pour preuve que toutes ces sollicitations pressantes de notre élite par moult institutions prestigieuses de par le monde. Mais restons tout de même optimistes puisque au plus haut niveau de l’état un appel a été solennellement lancé à toutes nos compétences d’ici et d’ailleurs pour accompagner leur pays dans cette nouvelle étape et challenge qu’il compte relever avec tous ses enfants autochtones ou ceux monnayant leur know how sous d’autres cieux réputés plus cléments. Car leur apport ne sera vraiment pas de trop…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.