Autonomie de Hong Kong

Washington renforce la pression sur Pékin

Washington a accentué vendredi la pression sur Pékin pour « punir » les « responsables » de la reprise en main de Hong Kong en limitant leur entrée aux Etats-Unis, au moment où le Congrès américain semble décidé à aller plus loin dans les sanctions.

Donald Trump « a promis de punir les responsables du Parti communiste chinois à l’origine du démantèlement des libertés de Hong Kong », a déclaré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

« Pour faire cela », il a annoncé des « restrictions de visas » pour les membres du tout-puissant parti au pouvoir en Chine « considérés responsables, ou complices, de la remise en cause du haut niveau d’autonomie de Hong Kong » tel que prévu dans les engagements internationaux de Pékin.

Ces mesures visent aussi les responsables impliqués dans « la remise en cause des droits humains et des libertés fondamentales » dans l’ex-colonie britannique.

Mike Pompeo n’a pas précisé le nombre ni l’identité des personnes visées, mais a souligné que leur famille proche était également susceptible d’être concernée.

« Les Etats-Unis appellent la Chine à honorer ses engagements », a ajouté le secrétaire d’Etat, menaçant de prendre de nouvelles mesures.

« Nous exhortons les Américains à corriger immédiatement leurs erreurs, supprimer ces mesures et arrêter d’interférer dans les affaires intérieures chinoises », a réagi l’ambassade de Chine aux Etats-Unis.

« La Chine va continuer à prendre des mesures fortes pour assurer la souveraineté nationale, la sécurité et le développement de ses intérêts », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

La Chine a annoncé le mois dernier un projet de loi controversé pour reprendre en main la sécurité à Hong Kong, immédiatement jugé par l’opposition locale et une grande partie de la communauté internationale comme une manière de réduire au silence le mouvement pro-démocratie hongkongais.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.