Hausse inquiétante des contaminations

Hausse inquiétante des contaminations

Le Coronavirus gagne du terrain

L’heure est grave car malgré toutes les mesures prises par les autorités, le pays n’arrive toujours pas à voir le bout du tunnel.

Amine Ghouta

Le nombre de personnes contaminées par le coronavirus en Algérie poursuit sa hausse très inquiétante.  Depuis une semaine, plus de 500 personnes  sont contaminées quotidiennement. Un rythme effréné qui fait peur. Et il ne s’agit nullement de semer la panique mais d’alerter et d’attirer l’attention sur une pandémie qui n’arrive toujours pas à être maîtrisée. Certes l’Algérie n’est pas la seule dans cette situation mais comme dit l’adage populaire «chacun doit trouver sa solution».  Aujourd’hui, le pays compte près de 26 000 cas confirmés dont plus de 1 136 décès et plus de 17 600 guérissons. Pour l’heure, comme l’assure les spécialistes, la situation reste maîtrisée mais elle risque d’échapper au contrôle si la transmission du virus n’est pas freinée. En fait, c’est l’émergence de plusieurs foyers simultanément qui est très alarmante car cela présage une flambée de l’épidémie dans les jours à venir. Le fait est que le corps médical qui est en première ligne dans la lutte contre la covid-19 est éreinté. Les professionnels de la santé qui se battent contre le virus depuis plus de 4 mois, sont à bout de forces.  Travaillant sous pression, ces derniers comptent des dizaines de victimes en raison de la baisse de vigilance engendrée par la fatigue. Près de 3 000 personnes appartenant au corps médical ont été contaminées par le coronavirus dont une cinquantaine en sont mortes. « Le jour où l’ensemble des médecins qui sont au front seront dans l’impossibilité de faire leur travail pour cause d’épuisement, il n’y aura plus personne pour soigner les malades », a d’ailleurs avertit un chef du service d’infectiologie d’un hôpital à Alger.

L’heure est grave car malgré toutes les mesures prises par les autorités, le pays n’arrive toujours pas à voir le bout du tunnel. Il y a eu confinement total, partiel, isolement entre les wilayas, fermetures des villes, des marchés, des écoles, des stades et mosquées… Mais rien ne semble arrêter la propagation du virus. La raison est sûrement dû au non respect des mesures barrières de manière rigoureuse. En fait, le problème est que ce n’est pas tout le monde qui respecte les consignes et c’est les indisciplinés qui portent préjudice aux autres.  Beaucoup de citoyens notamment les jeunes continuent à ne pas croire en la réalité de la maladie. Cet état d’inconscience et de déni est à l’origine du relâchement. Mais il y a aussi la réalité sociale.

Pour de nombreuses familles, la situation est intenable. La propagation de l’épidémie et les mesures sanitaires qui en sont suivi via le confinement n’ont pas uniquement vidé les caisses des entreprises mais également les poches des citoyens, particulièrement ceux vivant de leurs activités au quotidien. Les plombiers, peintres, maçons, manœuvres, marchands ambulants, couturiers, cordonnier, les salariés informels, à l’image des nourrices et des pâtissières à domicile ou tout simplement ceux mis d’office en congé non payé par leurs employeurs se sont retrouvés du jour au lendemain sans ressources financières. De quoi vivent-elles aujourd’hui ? Nombreux sont ceux qui transgressent les règles pour répondre aux besoins primaires de leurs familles. Intolérable ou compréhensible ? Difficile de répondre à cette question car souvent ces personnes affirment que si elles échappent du covid-19, elles mourront de faim. La problématique est complexe mais il faut la solutionner et vite. Une chose est certaine, l’éradication de l’épidémie restera impossible sans l’engagement des citoyens à respecter les mesures de prévention car l’État, lui, a mobilisé toutes ses ressources matérielles et humaines.

A.G

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.