Il a annoncé son inauguration officielle pour le 1 novembre prochain

Il a annoncé son inauguration officielle pour le 1 novembre prochain

Tebboune prie à la Grande mosquée d’Alger


Ce n’est point une coïncidence si le président de la République a choisi la journée d’hier, Journée nationale du Moudjahid mais aussi 1er jour de l’année de l’Hégire, pour se rendre à la grande mosquée d’Alger. Pour le chef de l’Etat, la double commémoration du 20 août 55-56 interpelle tout un chacun à se mobiliser pour concrétiser le projet du changement radical, celui de l’édification d’une Algérie nouvelle où de grandes réalisations sont accomplies à l’image du chef-d’œuvre architectural et religieux qu’est la Grande mosquée. En s’y rendant, jeudi dernier, le président a ainsi annoncé que l’inauguration officielle de cet édifice aura lieu le 1er novembre prochain qui coïncidera avec le 66ème anniversaire du déclenchement de la Guerre de libération nationale. Il s’est ensuite attelé à inspecter les différents compartiments de la Mosquée, troisième plus grand lieu de culte du genre dans le monde après ceux de la Mecque et de Médine. En compagnie du président de l’APN, Slimane Chenine, du Premier ministre, Abdelaziz Djerad, de nombreux ministres ainsi que du chef d’Etat-major, Saïd Chengriha, le chef de l’Etat a entamé sa visite en inspectant la Salle de prière où il ne manquera d’ailleurs pas d’accomplir la première prière (Tahiyat El Massdjid). Lors de cette halte, le Président a mis en avant l’importance de préserver la salle de prière, réalisée par des matières premières locales, tout en insistant sur la nécessité de sauvegarder ses différentes composantes. Il a relevé, dans ce sillage, que les ornements réalisés dans cette salle de prière ont été conçus par des compétences algériennes. S’étalant sur une superficie de 22.000 m2, la salle de prière de la grande Mosquée d’Alger peut accueillir jusqu’à 120 000 fidèles avec la cour et l’esplanade.
Abdelmadjid Tebboune a également inspecté le système parasismique installé en bas de l’édifice pour absorber jusqu’à 70% de la puissance des secousses. Conçu pour protéger ce monument urbanistique et culturel d’éventuelles catastrophes sismiques, le système offre une garantie de 80 ans. Pour préserver et gérer ce bijou architectural, le président a annoncé la création d’une instance scientifique et une grande société pour cet édifice aux relents religieux, culturelles et touristiques. Il a instruit le ministre des Affaires religieuses à l’effet de procéder à la mise en place de cette instance scientifique de haut rang. « Elle se chargera de l’aspect scientifique de cet édifice », a-t-il déclaré. Il a appelé également à recourir aux grands instituts de par le monde, pour peu que le référent religieux national puisé de la modération et du juste milieu soit respecté, mais aussi aux contributions internationales du monde musulman, à l’exclusion de ce qui s’oppose à nos orientations. Le Président Tebboune a également donné des orientations quant à la nécessité de coordonner avec le Premier ministère pour l’établissement d’un contrat avec une « grande » société pour les besoins de la maintenance et de l’entretien de toutes les structures. « Entretenir la 3e plus grande mosquée au monde après celles des deux Lieux Saints requiert une société qui soit à la hauteur de la société qui gère l’un des deux lieux saints », a insisté le président ajoutant que «la mission de cette société qui devra être en mesure de prendre en charge 30 hectares, les structures comprises, portera sur la sécurité, l’entretien et l’enseignement tout en lui accordant la possibilité de sous-traiter avec des start-up pour effectuer d’autres tâches». Concernant la personnalité nationale qui présidera cet édifice religieux, le Président Tebboune a préconisé qu’elle soit une personnalité «jouissant de compétences religieuses et scientifiques», car, a-t-il dit, «il s’agit d’un grand complexe qui abrite une mosquée, un institut, une bibliothèque et un service d’exploitation et de rénovation des manuscrits et qui suscitera certainement un grand engouement». Dans ce cadre, le Président de la République a donné une instruction pour que cet édifice scientifique assure «une formation en post-graduation pour les universités algériennes et africaines et une formation de haut niveau pour les imams».
Notons enfin que la troisième plus grande mosquée au monde, se déploie sur une superficie de 30 hectares, dispose de 12 bâtisses complémentaires qui s’étendent sur 400 mètres carrés.
Elle se démarque par, en plus de la salle de prière de 22 000 m2, son minaret, le plus haut au monde, long de plus de 265 mètres et comporte 43 étages desservis par des ascenseurs panoramiques permettant d’observer la baie d’Alger et ses environs. Chaque étage est doté d’un espace fonctionnel dont une aire d’entrée spacieuse, avec un grand foyer, prévu au pied du minaret, un musée et un centre de recherche pour l’art et l’histoire islamiques.
« Djamaa El Djazaïr » compte également une maison du Coran, d’une capacité de 1500 places, un centre culturel et une grande bibliothèque riche d’un fonds bibliothécaire d’un million de livres. L’édifice comprend aussi une piste d’atterrissage des hélicoptères et un parking de stationnement d’une capacité de 4.000 places construit sur deux niveaux au sous-sol, d’une immense esplanade, entourée de jardins et de bassins. Notons enfin que le président a également inauguré le Cercle du site de l’ANP. Classé trois étoiles, ce cercle est destiné au profit des sous-officiers, des officiers et des personnels de l’ANP.
Amine Ghouta

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.