Le nouveau ministre des Finances est formel

Le nouveau ministre des Finances est formel

L’Algérie n’aura pas recours à l’endettement extérieur

Le nouveau ministre des Finances Aymen Benabderahmane, a affirmé que l’Algérie n’ira jamais à l’endettement extérieur.

Ayant pris part à une journée d’étude sur les réformes budgétaires, le remplaçant de Abderahmane Raouya il a souligné que « l’Algérie n’aura pas recours à l’endettement extérieur et agira de façon à sauvegarder la souveraineté de sa décision économique ».

Comptant sur une gestion rigoureuse et parcimonieuse des ressources financières disponible, le nouvel argentier du pays, a parlé de mettre en place des articulations entre les directions des finances sectorielles et son ministère « afin d’améliorer la situation du secteur des finances et fouetter le rythme des investissements économiques et d’avoir une visibilité à long terme », a-t-il dit. « La priorité du ministère des Finances est la maîtrise des dépenses, dans l’efficacité et la transparence et leur orientation vers les investissements productifs », a fait savoir M. Benabderahmane.   

Rappelons que dans le projet de loi de finances 2020 (PLF 2020), il était proposé le recours éventuel aux institutions financières internationales de développement pour obtenir un financement étranger en faveur des projets économiques structurels.

« Le projet de loi propose la possibilité de recourir, de manière sélective, au financement extérieur auprès des institutions financières mondiales de développement en vue de financer les projets économiques structurels et rentables avec des montants et des délais en rapport avec le rendement de ces projets et leur solvabilité », a indiqué un communiqué des services du Premier ministre de cette période.

Pour rappel également, la dette externe de l’Algérie ne dépasse pas, actuellement, 1% du PIB tandis que la dette publique interne s’élevait en 2018 à plus de 37% du PIB .

Ramdane Yacine

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.