Le président Tebboune a donné des instructions dans ce sens

Le président Tebboune a donné des instructions dans ce sens

L’Accord d’association Algérie-UE sera révisé

Consacré dans sa plus grande proportion aux programmes de relance et de développement économique, le dernier Conseil des ministres, a été une occasion pour évoquer des dossiers d’une extrême importance. Il s’agit, notamment des secteurs de l’Industrie, du Commerce, et de la promotion des Start-up. Intervenant à l’issue de l’exposé du ministre de l’Industrie, concernant le cahier des charges  relatif aux conditions et modalités d’exemption des droits de douanes en faveur des opérateurs économiques activant dans la sous-traitance,  le chef de l’Etat a  insisté sur la transparence de la mise en œuvre de ce cahier des charges. L’autre cahier des charges ayant fait l’objet du débat est celui inhérent au cahier des charges sur les véhicules neufs, qui, conformément aux décisions prises lors du dernier Conseil des ministres, ne devraient concerner que les nationaux. Il convient de rappeler que le chef de l’Etat a ordonné, lors du Conseil des ministres du 27 juillet dernier,  l’adoption du décret du cahier des charges encadrant en Algérie l’activité de l’importation des voitures neuves de l’étranger. Le retard mis dans l’adoption du nouveau cahier des charges, serait du à la complexité du dossier et au souci d’éviter la répétition des erreurs commises dans le passé. D’ailleurs, lors du Conseil des ministres du 27 juillet, le président Tebboune a insisté sur le besoin de stabilité au dispositif légal, demandant au ministère de l’Industrie de conférer « une durée de vie d’au moins une dizaine d’années ». Et d’ajouter que  «tout texte réglementaire à ce sujet doit être étudié sérieusement». Ce qui explique sans doute le retard mis dans l’adoption du nouveau cahier des charges. Le secteur du Commerce n’a pas été en reste lors de la dernière réunion.

Intervenant à l’issue de la communication du ministre du Commerce, le président de la République a instruit ce dernier à : renforcer les capacités d’intervention du Ministère du Commerce, engager la reprise du commerce transfrontalier dans les zones du Sud du pays tout en renforçant les mesures de sécurité et de contrôle, examiner la possibilité de procéder à des investissements directs de Naftal dans le Sahel pour réduire le trafic et la contrebande, se préparer à la mise en œuvre de la Zone africaine continentale de libre échange, et la mise en place d’un dispositif de lutte contre la surfacturation.

Revoir l’accord d’association avec l’UE

Le chef de l’Etat a, par ailleurs, instruit Kamel Rezzig  à revoir minutieusement l’accord d’association avec l’UE, de sorte à faire valoir nos intérêts pour des relations équilibrées. Surtout que la mise en place de la Zone de libre échange (ZLE) est la cible de critiques de dirigeants politiques, d’économistes et de patrons algériens, qui dénoncent une balance commerciale Algérie-UE largement en défaveur de l’Algérie. Au volet entrepreneurial, notamment le dossier de l’Ansej, a tenu à souligner que la nouvelle stratégie pour la micro-entreprise doit mettre sur pied une nouvelle génération d’entrepreneurs, « propres, dynamiques et ambitieux, porteurs de projets ». Au volet Start-up, M Tebboune a instruit le Ministre délégué chargé de la micro-entreprise, de faire adopter, dans les meilleurs délais, les projets de textes réglementaires relatifs aux startups, rendre rapidement opérationnel le fonds spécial dédié aux startups pour lancer les premières entreprises dans les semaines à venir, mettre à la disposition du secteur les terrains d’assiette pour la mise en place des incubateurs et des accélérateurs, et enfin veiller à la relocalisation des startups algériennes établies à l’étranger en leur offrant les mêmes conditions dont elles disposent actuellement.

Karim Aloui

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.