Les annonces d’Abdelmadjid Tebboune

Les annonces d’Abdelmadjid Tebboune

Agressions contre le personnel médical, dossier de la mémoire, lutte contre la corruption…

Dans son entrevue avec des responsables de médias nationaux, devenue coutumière depuis son élection à la tête de l’Etat, le président de la République, est revenu sur plusieurs questions d’actualité et a notamment fait d’importantes annonces. Abdelmadjid Tebboune a parlé de son objectif affirmant qu’il œuvrait ardemment au «salut de la patrie qui est un devoir national et un droit pour tous les Algériens.» Invitant toutes les compétences nationales à adhérer au projet de l’Algérie nouvelle, le chef de l’Etat dit lutter contre «la mentalité de l’exclusion» soutenant que l’heure est à «une rupture définitive entre le passé et le présent en vue de construire un avenir qui soit le prolongement du présent». Le président a rappelé que le changement structurel du nouvel Etat passait par «une nouvelle Constitution qui tire les enseignements de toutes les précédentes pour être consensuelle et pérenne» expliquant que l’Etat qu’il œuvre à édifier, «partant de son appartenance Novembriste», était «un Etat fort qui consacre la justice et préserve les droits des faibles. Un Etat social garantissant l’égalité des chances, combattant la pauvreté et veillant à la répartition équitable du revenu national». Le président Tebboune ne manque alors pas d’évoquer l’argent sale affirmant que la corruption continue d’affecter le simple citoyen «victime de chantage pour un droit». A ce propos, il a exhorté les citoyens à dénoncer tout dérapage et à défendre leurs droits dans le cadre de la loi. Et le respect des lois est une priorité pour le chef de l’Etat qui, à ce propos va revenir sur les dernières agressions dont a été victime le personnel médical, annonçant le durcissement des sanctions contre leurs auteurs. «En tant que personne, que citoyen et président, ça me peine que des médecins et des infirmiers, qui n’ont pas vu leurs enfants depuis quatre mois, soient victimes d’agressions», a déclaré le Président de la République en qualifiant ces personnels de «véritables moudjahidine». Le chef de l’Etat a assuré que «les médecins sont sous l’entière protection de l’Etat algérien et du peuple algérien». A cet effet, il a mis en garde que toute agression contre le personnel médical, qu’elle soit physique ou verbale, exposera son ou ses auteurs à des peines sévères «oscillant entre 5 et 10 ans de prison ferme».

Indifférence à bas niveau de responsabilité

En outre, le président Tebboune a qualifié de « grande honte » le retard accusé dans le versement de la prime exceptionnelle au profit des personnels de santé impliqués dans la lutte contre le coronavirus. Il a dénoncé une « sorte d’indifférence dans l’exécution à bas niveau de responsabilité» promettant que l’État «fera face à cette  bureaucratie».

En parlant d’économie, le chef de l’Etat a annoncé des changements radicaux. Le président dit toute sa détermination à libérer ce secteur de «la mentalité rentière» et aller vers la création de la richesse et l’encouragement de la compétitive et de l’innovation. Une économie où la ressource humaine sera la base du développement. Les efforts de l’Etat seront principalement focalisés sur la création d’un tissu fort de petites et moyennes entreprises (PME) sous-tendu par un tissu de startups innovantes et de micro-entreprises, a indiqué le Président Tebboune soulignant que ce tissu sera la locomotive de l’économie nationale à l’avenir. «L’Etat est déterminé à réduire l’incidence des hydrocarbures sur l’économie nationale à 20 % d’ici fin 2021. Cette démarche ne saurait se concrétiser sans la conjugaison des efforts de l’ensemble des acteurs de l’économique nationale», a-t-il affirmé insistant notamment sur l’économie de la connaissance et de l’intelligence. Pour le président, la pandémie que traverse l’Algérie à l’instar des autres pays du monde, est une véritable épreuve mais aussi une opportunité en vue de modifier le mode d’action pour la période post Covid-19. Pour réussir ce challenge, il est prévu une révision globale de la législation régissant l’économie notamment en matière de marchés publics et de transfert de fonds vers l’étranger. M. Tebboune a tenu à réitérer son refus catégorique de recourir à l’endettement extérieur ou au financement non conventionnel réaffirmant la disponibilité des capacités financières permettant la mise en œuvre du plan de relance de l’économie nationale. «Les 60 milliards de dollars de réserves de change sont suffisants pour une relance», a-t-il fait savoir, outre, quelques 25 milliards de dollars de recettes d’hydrocarbures auxquels s’ajoutent 25 milliards de dollars de revenus du secteur de l’agriculture.

Initiative algéro-tunisienne sur la Libye

Enfin sur les questions internationales, c’est notamment une possible initiative algéro-tunisienne pour la résolution de la crise libyenne qui est sortie du lot. En évoquant cette éventuelle initiative, le Président a fait état de contacts avec les Présidents russe Vladimir Poutine, tunisien Kaïs Saïed et français Emmanuel Macron. Il a rappelé encore une fois, la position équidistante de l’Algérie de toutes les parties libyennes assurant que «l’Algérie qui n’a aucune volonté de faire cavalier seul ne peut imposer une quelconque initiative ou solution sans parrainage des Nations unies et du Conseil de sécurité». Regrettant «les tentatives d’implication de certaines tribus libyennes dans le conflit armé ces dernières 24 heures», le président de la République s’est dit inquiet de voir ce pays transformé en champ de bataille entre grandes puissances, estimant que «c’est là une situation très dangereuse qui pourrait faire basculer la Libye dans le même sort que la Somalie».

Amine Ghouta

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.