Qahwa fi goubli !

JUSQU’A QUAND ?

Nul n’est dépositaire exclusif de la conscience collective mais chacun l’est de sa propre conscience. La conscience est cette voix enfouie au fond de l’être et qui guide ses pas dans un sens ou dans un autre. Mais le plus souvent dans le sens voulu par l’histoire trajectoire et aboutissement de chaque destinée. Il serait donc faux, erroné et dangereux pour le moins de croire que les consciences sont mortes, insensibles, chloroformées ou amorphes. Selon mon entendement en tout cas donc avec cette part de subjectivité que chacun couve en soi. C’est vrai aussi qu’en apparence on aurait tendance à croire que l’indifférence a fini par achever ce qui restait de vigilance et d’énergie. En fait nous sommes dans cette expectative à la fois inhibitrice et porteuse d’une colère sourde…Jusqu’à quand ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.