QAHWA FI GOUBLI !

L e plus dur c’est quand on en guérit!

Mort de fatigue je me suis assoupi sur un lit de fortune…Mais à chacun sa fortune me direz-vous…Ce matin à l’aube m’est venu à l’esprit une drôle de question: peut-on s’aimer à fond, passionnément toute une vie? La fidélité légendaire de nos parents en est pourtant une belle preuve. D’ailleurs cela est si vrai que ma maman n’a jamais au grand jamais prononcé ni émis une quelconque critique à l’encontre de son mari. Ceci dit à chaque époque ses faits et méfaits…Faut pas croire non plus que tout était rose…mais bon il y a aussi une vie après la passion, avant, pendant et même après pourquoi pas? Pourtant la plus belle chose qui puisse arriver à tout être est de vivre pleinement sa passion. Car une passion ne se décrit pas elle se vit.  Tristan et Iseut, Qais wa Loubna, Histoire de ma vie, pour ne citer que  quelques œuvres et légendes qui nous viennent d’instinct à l’esprit, sont de véritables tableaux et fresques parlants et surtout intemporels…Avec tout mon respect aux nombreux auteurs qui l’ont dépeint avec talent. Parce que la passion est la meilleure maladie de l’être même s’il en a souffert, en souffre et souffrira… Et pourtant le plus indélébile et ineffable des amours restera toujours celui voué à ses parents en ce qu’il va au-delà, bien au-delà de toutes les vies réunies.Mais le plus dur c’est quand on en guérit…Oui je remercie l’auteur de cette chanson de m’avoir aidé à conclure…Trop bouleversé aujourd’hui pour vous offrir le meilleur du qahwa…Des au lait….

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.