QAhwa fi goubli!

La pesanteur des peaux!

parfois on veut tellement prendre de la hauteur qu’on se retrouve tout en bas….Sans doute les cimes donnent-elles le vertige…Surtout pour ceux peut-être qui ont eu la chance sinon le privilège d’avoir lu « la nausée »…Et bien aujourd’hui je l’ai cette putain de nausée. Ce n’est pourtant pas de la faute à celui qui l’a écrit. Alors la faute à qui? A Voltaire? A Mathieu? Aux deux? Allez savoir! pourtant et sans vouloir ici douter de votre perspicacité il n’ y a que moi qui sais pourquoi. Et ne comptez surtout pas sur moi pour vous en révéler ne serait-ce qu’une bribe…C’est un secret bien gardé quand bien même le propre d’un secret est de ne point être divulgué. Sauf si fuite il y a et organisée qui plus est…hé oui parce que nous vivons depuis déjà un bon bout de temps l’ère des fuites organisées. En passe peut-être un de ces quatre de remplacer les fuites désorganisées… En tout cas dés l’instant où il y a fuite y a quelque chose qui cloche. Et il n’est de pire clochardisation que celle de la pensée..Et moins tu es pertinent mieux ça vaut; il s’en trouvera même pour te féliciter de ton impertinence…la pesanteur des peaux et leur mauvaise odeur eurent bientôt choqué l’impertinente bête…Et lorsque la belle et la bête se rencontrent la troisième se met forcément à caqueter…Sans qu’elle ne trouve quiconque pour lui rabattre le caquet…Dommage ou tant pis?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.