Racisme en Chine

Un porte-parole de la diplomatie chinoise a réfuté ces allégations, assurant qu’elles étaient « sans fondement ».

La Chine mène dans sa région du Xinjiang à majorité musulmane une politique de contrôle des naissances extrêmement coercitive avec des stérilisations forcées visant notamment la communauté ouïghoure, affirme une étude publiée lundi 29 juin.

Les Ouïghours, principalement musulmans et parlant pour la plupart une langue turcique, c’est-à-dire apparentée au turc, constituent l’un des 56 groupes ethniques du pays. Ils représentent un peu moins de la moitié des 25 millions de personnes vivant au Xinjiang, immense territoire semi-désertique du nord-ouest chinois longtemps frappé par des attentats meurtriers, attribués par Pékin à des séparatistes et des islamistes.

Dans les deux grandes préfectures de la région où les Ouïghours sont majoritaires, le nombre de naissances a ainsi drastiquement chuté depuis 2016, affirme Adrian Zenz, un chercheur allemand qui a déjà écrit plusieurs rapports sur les politiques chinoises au Xinjiang, et qui dit se baser sur des documents administratifs chinois et des entretiens avec des femmes locales.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.