Rentrée scolaire 2020-2021

Rentrée scolaire 2020-2021

Les appréhensions de la tutelle

La rentrée scolaire 2020-2021 s’annonce difficile pour les responsables du secteur et ce pour de multiples raisons. La persistance de la pandémie du Covid-19, et son incidence sur la réalisation de nouvelles infrastructures devant permettre d’accueillir le nombre sans cesse grandissant des enfants scolarisés, sans oublier une réforme des programmes et une nouvelle répartition de la carte scolaires rendues nécessaires mais hélas impossible en raison de la situation sanitaire exceptionnelle que traverse le pays.

Le ministre de l’Eduction nationale, Mohamed  Ouadjaout a affirmé avant-hier à Alger que la prochaine rentrée scolaire serait  « exceptionnelle », en raison de la pandémie de la covid-19, faisant savoir  que 14 wilayas connaîtront « une forte pression » en termes de scolarisation  des élèves, malgré les projets inscrits et en cours de réalisation.

Lors d’une rencontre avec le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de  la Ville, Kamel Nasri, M. Ouadjaout a précisé que la prochaine rentrée  scolaire allait être « exceptionnelle », en raison de l’incidence de la  pandémie du nouveau coronavirus, rappelant l’engagement du Gouvernement à  la réunion de conditions de scolarisation « convenables » au profit des  élèves.

Lors de cette réunion consacrée à la prochaine rentrée scolaire, le  ministre de l’Education nationale a fait remarquer que 14 wilayas  connaîtront une forte pression en termes de scolarisation, et ce, a-t-il  poursuivi, « en dépit des projets inscrits et en cours de réalisation ».

Pour M. Ouadjaout, cette rencontre « permettrait d’anticiper les  éventuelles complications, notamment dans les régions souffrant d’une  surcharge des classes pouvant impacter négativement la scolarité des  élèves ».

Afin d’atténuer cette pression, quelque 686 nouveaux établissements  d’éducation pour les trois paliers d’enseignement devraient être  réceptionnés, en sus de 1052 structures parascolaires incluant des  cantines, salles de sports et unités de dépistage (UDS), a souligné le  ministre, assurant qu' »il est possible de relever ces défis accentués par  la pandémie du nouveau coronavirus ».

Pour sa part, M. Nasri a confié que quelques projets ayant trait aux structures éducatives avaient accusé « un certain retard » à cause de la  crise sanitaire que traverse l’Algérie, faisant savoir, à ce propos, que  son département avait prévu un programme pour rattraper ce retard.

La réalisation de 686 établissements scolaires a certes été programmée,  toutefois, et compte tenu de la pandémie covid-19, nous étions contraints  de définir les priorités et les besoins du secteur de l’Education, pour  lesquels tous les efforts seront déployés afin d’assurer une bonne rentrée  scolaire ½en toute fluidité».

Ramdane Yacine

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.