Rétrospective

Rétrospective

5 Juillet 62- 5 Juillet 2020-07-03La liberté 60 ans après…

Une fois la liberté arrachée au prix du sang et des larmes par nos valeureux chouhadas (plus d’un million et demi de martyrs), le premier viol commence par un coup d’état signé Benbella; Les ambitions de pouvoir se dessinent déjà….Avant que Boumediène ne s’y mette à son tour…Et que Zbiri ne tente pour sa part de le destituer. Mais Houari Boumediène et ses soutiens finiront par avoir le dessus. Avec ensuite la gestion que tout le monde connait sur fond de la fameuse « industrie » industrialisant »e si chère à Belaid Abdeslam. Dans la foulée Boutef est nommée ministre de la jeunesse et des sports. Lui non plus ne fera pas long feu…Bien qu’il voue une admiration sans bornes à Boukharouba.

S’en suivront treize ans de règne de ce dernier qui éliminera sans état d’âme ses opposants.Jusque-là le peuple n’est qu’un simple spectateur qui occupe un strapontin dans les tribunes…Et hop un ptit coup d’état pour perpétuer la tradition. Sous couvert d’une maladie provoquée (empoisonnement) qui emportera également son ministre de l’intérieur de l’époque feu Ahmed Medeghri. Originaire pour rappel de l’ouest au nom du fameux équilibre des pouvoirs…Mrerbah le tout puissant patron de la SM (sécurité militaire) installe officiellement et en grande pompe le colonel Chadli Bendjedid alors chef de la 2ème région militaire « le plus ancien dans le grade » le doyen quoi…Le fameux « redressement historique » prôné par Boumediène se poursuit mais plutôt dans la rupture…Autres temps, autres moeurs. Chadli restera au pouvoir. Oulad frança sont toujours là…Il siégera au plus haut de l’échelle 13 ans durant.

Exactement le même bail que son feu prédécesseur. Sans doute l’ironie de l’histoire…Une autre page se tourne. Mais toujours avec le FLN omnipotent. Et les balbutiements d’une opposition de façade. Parenthèse vite refermée pour cause de guerre civile. Viatique privilégié pour un enrichissement sans cause…Main basse sur les richesses nationales. Qui ne s’usent que si l’on ne s’en sert pas bien sûr…Partage unilatéral du gâteau. Rente du terrorisme…Rappel des anciens. Boudiaf reprend langue avec la terre natale et le sommet de l’état. Six mois plus tard parricide. Il sera assassiné en direct. « Djabouh ou qetlouh » disait la rumeur. Zeroual répond bon gré mal gré à l’appel de la patrie. Il aura tôt fait de comprendre sa douleur d’avoir cédé…Passation des pouvoirs avec Boutef propulsé par ses sponsors pour « une revanche sur l’histoire ». En fait une revanche sur le peuple. Et comme tout est truqué pourquoi les élections échapperaient-elles donc à la règle? Règne donc sans partage quatre mandats durant de Abdelkader El Mali. Libéralisation tous azimuts. Le pays est ainsi livré aux prédateurs d’ici et d’ailleurs…Son AVC sert de prétexte et d’alibi autant pour ses proches que ses amis d’ici et d’ailleurs pour s’en mettre plein les poches.

Guerre sans merci des clans alentour. Gaied Salah mettra alors tout le monde d’accord. Il saisit au rebond l’opportunité pour s’installer aux commandes. Purge dirigée…Sélective. Mais le peuple n’est pas dupe. Il monte au créneau. Et signifie pacifiquement depuis le 22 Février 2019 sans coup férir son refus ferme de voir le pays sous la coupe des vampires. Le système se montre conciliant au départ et puis graduellement durcit le ton. Le peuple lui sûr de son bon droit ne s’en laisse pas conter.Certains en profitent pour tenter de récupérer le mouvement.

Ou à défaut d’en minimiser l’impact. Peine perdue car le peuple connait bien ses dirigeants…Et demain sera une autre Algérie: celle pour laquelle Benmhidi, Abane, Beboulaid, les soeurs Benbouali, et tant d’autres nationalistes de la première heure l’ont payé de leur vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.