Un général «citoyen»

Un général «citoyen»

Mohand Tahar Yala est né à El Flaye – Ait Oughlis (Wilaya de Béjaïa dans la daira de Sidi Aich)) en 1947. Il a effectué l’essentiel de ses études primaires à Thenia (wilaya de Boumerdes)  et a poursuivi ses études après la 6ème au lycée El Mokrani, (ex lycée de Ben Aknoun ,Alger). En 1966, il obtient son mon bac série Mathématiques. De brillants résultats lui permettent de bénéficier d’une bourse pour étudier les  mathématiques « supérieures » et « spéciales » en France. Des classes préparatoires prestigieuses pour accéder aux grandes écoles. Sa carrière militaire dans les rangs de l’ANP débute en 1968, en même temps qu’il intègre par concours  l’école navale de Brest, qui est l’école française de formation des officiers de marine, dans le cadre de la coopération. Son parcours dans  la Marine Nationale respecte les étapes lui offrant une carrière linéaire aussi bien en ce qui concerne les formations suivies que les fonctions occupées, gravissant ainsi tous les échelons du commandement des forces navales. En 1994, il rejoint le commandement de la Façade maritime Est à Jijel avec le grade de lieutenant colonel  et, en 2000, le commandement central des Forces Navales. Sa carrière professionnelle s’est arrêtée en 2005, après 37 années de services, au sommet de la hiérarchie des forces navales, avec le grade de Général obtenu en 2001. A la retraite, le discipliné général décide ne plus se taire au sujet des dérives du pouvoir politique. Déclarations publiques, candidature aux élections présidentielles en 2014, font connaître au grand public le discret général aux approches toujours scientifiques et chiffrées. Les questions de géopolitiques l’intéressant autant que les enjeux de politique intérieure, il développe un programme visant à instaurer la Citoyenneté et placer l’Algérien au cœur de la sécurité nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.