Un Président est né…

Par S. Méhalla

Le rendez-vous du président de la République avec son peuple via un tandem de journalistes est devenu un rituel. Un moment durant lequel Tebboune s’ouvre au citoyen en abordant les sujets de l’heure. Sans tabou. Sans détours. Les sujets que préoccupent la situation du pays et de son destin.

Au fil de ces rencontres périodiques, le Président semble prendre de la poigne sur les dossiers. S’habitue à la responsabilité qui le conforte dans le discours de celui ayant le sens de la réponse qui conforte et réconforte, celui étant, au fil des jours, résolu à ouvrir des fronts explosifs, des fronts minés, celui qui a décidé d’orienter, ordonner, se soulever contre les blocages administratifs… Un Président prenant conscience du sens de l’État puisqu’il est quelque part l’émanation  de la culture de l’État. Tebboune, même si certaines vérités ne semblaient pas bonnes à dire, trop directes pour être dites, il en a tout dit, en a assez dit dans ses auditions avec le peuple qui finira certainement par l’adopter à une majorité écrasante lors du prochain scrutin.  

Et n’en déplaise à certains : le peuple avait besoin crucial d’un leader éclairé. Un Président qui répond aux prétentions avouées des masses. Aux ambitions des jeunes. A la sauvegarde jalouse de la souveraineté et son héritage identitaire. D’être catalysé dans son union au moment où nos frontières sont poreuses, nos intérêts sont en jeu dans les enjeux mondiaux, de notre diaspora éparpillée, de sa richesse abandonnée et dilapidée par une rapine qui a eu longue vie jusque-là. 

Et n’en déplaise à d’autres si le discours du Président arrive à choquer par ses vérités crues. N’en déplaise si le discours manque de tact ou de diplomatie du moment que la diplomatie ne se conjugue pas avec les chantiers de la réforme de tout un pays… et n’en déplaise à ceux qui ont cru parier sur le chaos d’un pays oubliant qu’un leader pouvait bien surgir… 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.