Victimes de la fermeture des frontières à cause de l’épidémie Covid-19

Victimes de la fermeture des frontières à cause de l’épidémie Covid-19

Des Algériens attendent toujours leur rapatriement

Beaucoup d’efforts ont été déployés par l’Etat pour rapatrier les ressortissants bloqués à l’étranger suite à la fermeture des espaces aériens à cause du Covid-19. Cette situation a contraint l’Algérie à fermer tous ses espaces pour freiner la propagation de ce virus. Néanmoins, les conséquences sont lourdes.

Des milliers de personnes sont restées coincées loin de leur pays. La situation dure depuis quatre mois et les ressortissants Algériens attendent d’être rapatriés.

L’Etat a procédé à des opérations de rapatriement depuis le 30 mai dernier. Des centaines de ressortissants algériens d’Angleterre, de France, de Turquie, du Canada et de l’Inde ont pu rejoindre le pays depuis cette date dans de très bonnes conditions. Leurs confinements durant 14 jours dans des hôtels a été pris en charge par l’Etat, tandis qu’elle est payante sous d’autres cieux.

Cependant, beaucoup d’Algériens sont encore coincés, en France notamment. Ils sont sans ressources. Il s’agit de personnes parties pour différents types de séjours : des stages, des séminaires, des visites familiales ou pour des soins et contrôles médicaux. Aujourd’hui ils lancent de nouveau un SOS pour pouvoir rentrer au pays. Les étudiants ayant terminé leur cursus et les malades sont parmi les plus touchés par cette situation.

En France, des Algériens se pointent chaque jour devant l’ambassade et le consulat général d’Algérie à Paris pour réclamer leur rapatriement. Mais cela dépend du plan de vol mis en œuvre pour ces opérations, lequel prévoit des rapatriements réguliers chaque 15 jours, mais de pays différents.

Soit chacun son tour. Cela prend du temps certainement, surtout devant l’impatience des ressortissants.

R. N.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.